Procès des attentats de janvier 2015 : des peines allant jusqu’à 30 ans de prison

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Attentat de janvier 2015 : des peines allant jusqu’à 30 ans de prison
France 2
Article rédigé par
O. Feniet, N. Perez, C. Gillard, E. Martin, F. Daireaux, J-M. Noel, E. Jarlot - France 2
France Télévisions

Après trois mois d’audience, la cour d’assises a infligé mercredi 16 décembre des peines allant de 4 à 30 ans de prison aux accusés du procès des attentats de janvier 2015. 

Le mercredi 16 décembre marque la fin du procès des attentats de janvier 2015. Un procès fleuve de trois mois, à l’issue duquel de lourdes condamnations ont été prononcées à l’encontre de certains des 14 accusés. Ali Riza Polat, celui qui avait fourni les armes du massacre, a écopé de 30 ans de réclusion criminelle, la peine maximale, pour complicité de crime terroriste. Il a fait appel de cette décision : "C’était destiné à faire de la communication, nous avons subi une épreuve épouvantable, et en premier les gens qui étaient dans le box, traités comme des bêtes de foire. Je suis triste pour la justice française", dénonce son avocate Me Isabelle Coutant-Peyre. Hayat Boumeddiene, la femme du tueur de l’Hyper Cacher, Amedy Coulibaly, a également été condamnée à la même peine. Elle est toujours en fuite. 

Le procès des absents

La cour a été plus clémente pour six accusés, pour lesquels elle a écarté la qualification terroriste. Leurs peines varient entre 4 et 10 ans de prison. Il n’y a pas eu d’acquittement, ce qui réjouit les avocats des parties civiles. Mais la journaliste Nathalie Perez, en direct depuis le palais de justice de Paris, rappelle que ce procès est celui d’une frustration. Celle de ne pas avoir pu juger les principaux acteurs des attentats, décédés. "Les avocats de la défense n’ont cessé de craindre que les vivants payent pour les fautes des morts", rapporte la journaliste. Les victimes se disent néanmoins satisfaites de l'issue du procès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.