Meurtre du policier Éric Masson à Avignon : le procès du tireur présumé a débuté

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Le procès du meurtrier présumé d'Éric Masson s'est ouvert dans la matinée du lundi 19 février au tribunal judiciaire d'Avignon, dans le Vaucluse. Le policier avait été abattu en 2021 sur un point de deal à Avignon. L'accusé, déjà condamné pour trafic de stupéfiants, encourt la perpétuité.
Meurtre du policier Éric Masson à Avignon : le procès du tireur présumé a débuté Le procès du meurtrier présumé d'Éric Masson s'est ouvert dans la matinée du lundi 19 février au tribunal judiciaire d'Avignon, dans le Vaucluse. Le policier avait été abattu en 2021 sur un point de deal à Avignon. L'accusé, déjà condamné pour trafic de stupéfiants, encourt la perpétuité. (France 2)
Article rédigé par France 2 - N.Perez, E.Huin, C.La Rocca, E.de Pourquery, S.Gravelaine
France Télévisions
France 2
Le procès du meurtrier présumé d'Éric Masson s'est ouvert dans la matinée du lundi 19 février au tribunal judiciaire d'Avignon, dans le Vaucluse. Le policier avait été abattu en 2021 sur un point de deal à Avignon. L'accusé, déjà condamné pour trafic de stupéfiants, encourt la perpétuité.

Les policiers sont venus nombreux, dans la matinée du lundi 19 février, à l'ouverture de l'audience au tribunal judiciaire d'Avignon (Vaucluse). Même Frédéric Veaux, le patron de la Police nationale, a fait le déplacement. Il y a près de trois ans, la mort d'Éric Masson a suscité une émotion nationale, et endeuillé tous les corps de police. Le 5 mai 2021, alors qu'il participe à un simple contrôle sur un point de deal à Avignon, le commandant Masson s'écroule, touché par deux balles tirées à bout portant. Le tireur présumé, en fuite, est interpellé trois jours plus tard à la frontière espagnole.

L'accusé nie les faits

Depuis son interpellation, et encore lundi en présence de la famille d'Éric Masson, Illias Akoudad, 22 ans, un dealeur bien connu de la justice, nie les faits et conteste même avoir été présent sur les lieux le jour du drame. Pourtant, de nombreux éléments l'accablent. Aux côtés d'Illias Akoudad, deux co-accusés, dont l'un est libre, comparaissent pour l'avoir aidé dans sa cavale. Si la cour reconnaît l'accusé coupable de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique, il encourt la perpétuité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.