Viry-Châtillon : les policiers en colère, un an après l'attaque au cocktail Molotov

Un an après l'attaque de deux voitures de police au cocktail Molotov à Viry-Châtillon, des policiers manifestent contre des conditions de travail difficiles et un cruel manque de moyens.

FRANCE 2

Devant la mairie de Viry-Châtillon (Essonne), ils sont venus exprimer leur soutien et leur désarroi. Un an après l'agression de quatre de leurs collègues, une trentaine de policiers brisent leur devoir de réserve pour évoquer leur quotidien de plus en plus difficile. Le 8 octobre 2016, deux véhicules de police sont incendiés par un groupe d'individus cagoulés avec une dizaine de cocktails Molotov. Deux policiers sont gravement brûlés, deux autres légèrement blessés. Depuis, 17 personnes de 16 à 21 ans ont été arrêtées et mises en examen pour tentative de meurtre, 12 dorment en prison dans l'attente d'un procès.

Des moyens supplémentaires

Malgré les renforts déployés au lendemain de l'affaire, une centaine de policiers sur tout le département, les habitants de la cité de la Grande Borne (qui s'étale sur les villes de Grigny et Viry-Châtillon) ne ressentent pas d'amélioration. De son côté, le maire de Viry-Châtillon affirme que la délinquance a baissé de 30% depuis le début de l'année. Après l'agression des policiers, le gouvernement avait promis la construction d'un nouveau commissariat à Grigny (Essonne). Il n'a pour l'instant pas vu le jour.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux frères de 26 et 28 ans ont été victimes de tirs jeudi 5 octobre dans le quartier de la Peupleraie de la Grande Borne, entre Grigny et Viry-Châtillon (Essonne).
Deux frères de 26 et 28 ans ont été victimes de tirs jeudi 5 octobre dans le quartier de la Peupleraie de la Grande Borne, entre Grigny et Viry-Châtillon (Essonne). (MAXPPP)