Violences et racisme décrits par un journaliste infiltré dans la police : le parquet de Paris ouvre une enquête

Le livre "Flic" écrit par le journaliste Valentin Gendrot évoque des "tabassages" commis par des fonctionnaires du 19e arrondissement de Paris.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un membre de la police nationale, le 1er septembre 2020, à Paris. (PATRICK FOUQUE / AFP)

Le parquet de Paris annonce, vendredi 4 septembre, avoir ouvert une enquête après la parution de Flic. Dans ce livre (éditions Goutte d'Or), Valentin Gendrot, journaliste infiltré deux ans dans la police parisienne, évoque des violences commises par des fonctionnaires du 19e arrondissement de Paris.

L'enquête, ouverte après un signalement de la préfecture de police de Paris, vise à "identifier" dans Flic "les faits susceptibles de tomber sous le coup d'une qualification pénale". L'enquête a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Jeudi, la préfecture de police de Paris avait en outre annoncé avoir saisi la "police des polices" d'une autre enquête, cette fois administrative. "A ce stade, les policiers accusés ne sont pas identifiés et les faits allégués ne sont pas vérifiés", avait ajouté la préfecture de police.

Violences, insultes racistes et homophobes, mais aussi manque de moyens, suicide et mal-être des troupes : dans ce livre paru jeudi et dont la publication avait été tenue secrète, Valentin Gendrot raconte ses deux années mouvementées d'infiltration dans la police parisienne. Officiant dans le commissariat du 19e entre mars et août 2019, il a expliqué avoir assisté à plusieurs "tabassages" et témoigne de pratiques "racistes" de la part de certains policiers.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.