13h15, France 2

VIDEO. Assassinat de Yann Piat : François Léotard persuadé que Jacques Chirac connaissait la manipulation qui l'impliquait

Injustement mis en cause dans l’assassinat de la députée du Var Yann Piat, survenu en 1994, l’ancien ministre de la Défense François Léotard parle pour la première fois depuis vingt ans sur ce crime. Jacques Chirac l'avait convoqué, avec Jean-Claude Gaudin, également mis en cause, pour leur expliquer qu’il n’y était pour rien. François Léotard affirme aujourd'hui : "C’était un mensonge." Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 18 mars.

Voir la vidéo

Le 25 février 1994, sur les hauteurs de Hyères, la députée du Var Yann Piat est abattue par deux hommes à moto. Qui sont les commanditaires ? Deux journalistes du Canard enchaîné vont passer des mois à chercher. Une source les met sur la piste de deux commanditaires présumés : Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille, et François Léotard, alors ministre de la Défense. Dans leur livre, ils ne donnent pas leurs noms, se contentant de les surnommer Encornet et Trottinette. Selon eux, l’élue aurait été en possession de documents compromettants pour les deux hommes politiques qui l’auraient fait exécuter.

Cela pourrait-il correspondre à un flingage politique ? "Par rapport aux deux qui sont cités ? Oui, il y a du règlement de comptes derrière, il y a la politique, bien sûr, affirme aujourd’hui Christian Sainte, alors chef de la brigade criminelle de Marseille en charge de l’enquête. Parce qu’il n’y a aucune raison d’aller les sortir du chapeau." Pour comprendre, il faut replonger dans le contexte politique de l’époque. La présidentielle de 1995 est en vue, la droite se déchire et la guerre va être féroce. D’un côté, les balladuriens avec François Léotard en tête. De l’autre, Jacques Chirac et ses quelques alliés. Ce dernier est élu, mais la victoire n’a pas effacé les rancœurs.

"Mais j’allais pas lui casser la gueule…"

Injustement mis en cause dans l’affaire, François Léotard, ancien ministre de la Défense, parle pour la première fois depuis le crime. En vingt ans, il n’était jamais revenu sur ces accusations. "Je pense que le milieu le plus élevé de la République était, à travers le ministre de l’Intérieur de l’époque, tout à fait informé et peut-être à l’origine de cette démonstration de bêtise", affirme l’ex-homme politique. Cela implique-t-il Jacques Chirac, le président de la République de l’époque ? "En tout cas, c’est une façon étrange de laisser faire. Etrange… ce qui est malheureusement conforme au personnage", répond-il.

La manipulation aurait-elle consisté à désinformer les deux journalistes ? Le patron des Renseignements généraux de l’époque aurait-il joué un rôle ? Jacques Chirac était-il au courant ? François Léotard et Jean-Claude Gaudin se rendent au fort de Brégançon à l’invitation du chef de l’Etat. "C’était à la fois solennel et familier, se souvient-il. Chirac nous avait convoqués pour expliquer que ce n’était pas lui. J’ai pas ouvert la bouche. C’était un mensonge." Etait-il persuadé que c’est lui ? "Oui ! Mais j’allais pas lui casser la gueule…" Le livre est retiré de la vente quelques semaines après sa parution et ses deux auteurs lourdement condamnés par la justice. François Léotard sera blanchi de tout soupçon. Après cet épisode, il va réfléchir à poursuivre ou non la politique et, trois ans plus tard, il plaque tout.

 13H15 / FRANCE 2
 13H15 / FRANCE 2 (CAPTURE ECRAN / 13H15 / FRANCE 2)