VIDEO. Un policier visé par une enquête de l'IGPN après une interpellation controversée en Seine-Saint-Denis

Les images de l'arrestation ont largement circulé sur les réseaux sociaux. 

Un policier a frappé un homme à plusieurs reprises lors de son interpellation à Sevran (Seine-Saint-Denis), le 11 septembre 2019. 
Un policier a frappé un homme à plusieurs reprises lors de son interpellation à Sevran (Seine-Saint-Denis), le 11 septembre 2019.  (CAPTURE TWITTER)

Un fonctionnaire de police est visé par une enquête de l'IGPN, jeudi 12 septembre, au lendemain de la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle on le voit frapper à plusieurs reprises un homme lors d'une interpellation à Sevran (Seine-Saint-Denis).

La préfecture de police a annoncé avoir "ordonné la suspension immédiate du fonctionnaire de police", mais elle n'a pas le pouvoir de prendre elle-même la mesure. C'est au directeur général de la police nationale (DGPN), Eric Morvan, ou au ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, de signer la suspension. Surtout, la suspension du policier n'a pas pu lui être notifiée car ce dernier est actuellement en arrêt maladie, a appris franceinfo auprès de la préfecture de police, vendredi.

Coups de poing échangés

Sur les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux, on voit un échange verbal entre un policier et un jeune homme noir avant que le fonctionnaire se jette dans les jambes de l'individu pour le plaquer au sol. Repoussé, le policier revient à la charge à plusieurs reprises en assénant des coups de poing, auxquels l'homme répond également par des coups de poing dans une position de défense.

L'individu est ensuite interpellé après l'intervention d'un policier qui fait usage d'un pistolet à impulsion électrique de type Taser. Selon la préfecture de police, l'altercation a eu lieu "mercredi à 18h25 lorsqu'un équipage de la circonscription de sécurité de proximité d'Aulnay-sous-Bois a procédé à l'interpellation, pour outrage, d'un individu", avenue Youri-Gagarine à Sevran. 

"Il a fait son boulot" 

Mercredi soir, une quinzaine de policiers se sont rassemblés devant le commissariat d'Aulnay-sous-Bois, la ville voisine, en signe de protestation contre la suspension selon eux "injustifiée" du fonctionnaire, a déclaré Grégory Goupil, secrétaire régional du syndicat Alliance 93. Le policier "a fait son boulot, il a tenté d'interpeller un individu et a été outragé", a-t-il déploré. Le syndicat Unité SGP Police a aussi annoncé cette nuit le lancement d'une "opération commissariats morts" en Seine-Saint-Denis.

Le 2 octobre, une "marche de la colère" doit être organisée à Paris, à l'appel de l'ensemble des syndicats policiers, qui, sur fond de vague de suicides, accroissent la pression sur l'exécutif avant les échéances des retraites et de la loi de programmation.