Halte aux incivilités : Paris intronise la première promotion de sa police municipale

Cette police municipale est chargée d'une triple mission : prévention de la délinquance, répression et sécurisation de l'espace public.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Anne Hidalgo est venue saluer les nouvelles recrues de la future police municipale parisienne, au siège de la direction de la sécurite de Ville, place Baudoyer (IVe), le 16 juillet 2019. (BENOIT HASSE / MAXPPP)

Paris intronise la première promotion de sa police municipale, lundi 18 octobre. Cette police municipale était une promesse de campagne de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Cette première promotion compte 154 hommes et femmes. L'effectif est moins garni et moins paritaire qu'annoncé. 200 agents étaient prévus initialement et six sur dix sont des hommes. Ils ont été recrutés en interne : ces policiers municipaux sont issus des rangs des inspecteurs et agents de sécurité (ISVP et ASP)  de la ville de Paris. 

Anne Hidalgo vise 3 600 policiers municipaux d'ici la fin de son mandat en 2026. Une grande campagne de recrutement est lancée dès aujourd'hui pour susciter des vocations, alors que de nombreuses polices d'Ile-de-France peinent à attirer des candidats. 

Pas d'armes létales

Cette police municipale est chargée d'une triple mission de prévention de la délinquance, de répression et de sécurisation de l'espace public. La grande priorité est portée sur la lutte contre les incivilités qui empoisonnent la vie des Parisiens : chasse aux mégots et autres crottes de chiens, au tapage nocturne ou aux dépôts sauvages d'ordures. Les policiers municipaux vont verbaliser les infractions au code de la route ou encore la vente à la sauvette. Ils interviendront sur les rixes dans l’espace public. Ils vont aussi œuvrer pour la prévention des violences sexistes, la protection des personnes vulnérables, comme les sans-abris.

Des missions que les agents municipaux partageront avec la police nationale mais contrairement à elle, elle ne sera pas armée. Ce que regrette Philippe Goujon, maire Les Républicains du 15e arrondissement. "Placer dans la rues des policiers, avec 'police municipale' inscrit sur leur uniforme, sans leur donner les moyens de se protéger, c'est un peu en faire des cibles", affirme l'élu.

"Dans une majorité de villes qui disposent d'une police municipale, celle-ci est armée. Et plus particulièrement, elle doit l'être à Paris, qui est la ville la plus criminogène de France."

Philippe Goujon, maire du 15e arrondissement

à franceinfo

Ne pas doter les policiers municpaux d'armes létales est un choix assumé par la mairie de Paris, pour qui ces agents sont d'abord des médiateurs, proches des gens et visibles surtout le soir et le week-end. 

Paris était, avec Brest, la seule ville de plus de 100 000 habitants à ne pas avoir sa propre police. Près de 4 500 commune,s dont presque toutes les grandes agglomérations françaises, en ont une. La France comptait environ 24 000 policiers municipaux au 1er janvier 2020, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.
Dans le top 10, on trouve Nice en tête, Marseille, Lyon puis Toulouse et Cannes

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Police

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.