Décès du maire de Signes : la piste accidentelle privilégiée

A la suite de la mort du maire de Signes (Var) Jean-Mathieu Michel, renversé le lundi 5 août par une camionnette, les enquêteurs privilégient la piste accidentelle.

France 3

Il était maire de la commune de Signes (Var) depuis 36 ans. Mais son sixième mandat s’est achevé de façon dramatique : Jean-Mathieu Michel est mort lundi 5 août alors qu’il était en train de verbaliser deux hommes, qui venaient de jeter des gravats sur le territoire de la commune. "Il venait de se présenter devant les gens qui déchargeaient les gravats en leur disant : 'Vous venez de salir le territoire de la commune, vous ne pouvez pas faire ça. Je vais appeler le garde, vous allez être verbalisés'", précise Alain Reichardt, premier adjoint au maire de Signes.

La piste accidentelle privilégiée

Après avoir accepté de ramasser leurs déchets, les deux hommes décident de partir avant l’arrivée de la police. C’est là que se joue le drame : lors de leur manœuvre, ils renversent Jean-Mathieu Michel et provoquent sa mort. À Signes, une commune de 3 000 habitants, le décès de l’édile provoque une grande émotion, lui qui était une figure locale. "Jeannot, je le connais personnellement depuis 45 ans. C’est un ami qui part", précise cette femme attablée en terrasse. À ce stade de l’enquête, seule la garde à vue du conducteur a été prolongée. Âgé de 23 ans, il est inconnu des services de police et devrait, selon France 3, être mis en examen pour homicide involontaire. La thèse accidentelle serait privilégiée.

Le JT
Les autres sujets du JT
A la suite de la mort du maire de Signes (Var) Jean-Mathieu Michel, renversé le lundi 5 août par une camionnette, les enquêteurs privilégient la piste accidentelle.
A la suite de la mort du maire de Signes (Var) Jean-Mathieu Michel, renversé le lundi 5 août par une camionnette, les enquêteurs privilégient la piste accidentelle. (FRANCE 3)