Normandie : soupçonnés de 24 vols de véhicules de luxe, deux malfaiteurs placés en détention provisoire

Deux hommes soupçonnés de cambriolages durant lesquels des véhicules haut de gamme ont été dérobés ont été incarcérés dans l'attente de leur jugement, annonce la gendarmerie mercredi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Calvados et l'Eure. (GOOGLE MAPS)

Deux hommes, soupçonnés du vol de 24 véhicules haut de gamme lors de plusieurs cambriolages en région normande, ont été placés en détention provisoire en attendant leur comparution le 14 janvier, annonce dans un communiqué la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) mercredi 5 janvier. Un troisième individu a quant à lui été placé sous contrôle judiciaire. Les trois Honfleurais ont reconnu les faits en garde à vue, après leur interpellation le 14 décembre.

Les différents cambriolages ont eu lieu principalement dans les départements du Calvados et de l’Eure, dans la deuxième moitié de l’année 2021, explique la DGGN. Sous la direction du parquet de Lisieux (Calvados), une enquête préliminaire avait été ouverte et confiée aux gendarmes de la section de recherches de Caen. "Leurs investigations minutieuses, confortées par des surveillances et du recueil de renseignements, ont permis d’identifier une équipe particulièrement organisée et spécialisée dans ce type de fait."

Un préjudice estimé à 600 000 euros

Cette équipe, composée notamment de deux individus d’une vingtaine d’années "très défavorablement connus" de la justice, est soupçonnée d'avoir toujours utilisé le même mode opératoire : un drone permettait de repérer certaines propriétés, avant d'y pénétrer la nuit et en présence des occupants pour dérober les clés des véhicules haut de gamme.

Ces véhicules dérobés servaient par la suite à "honorer des commandes de véhicules volés à des fins criminelles". Ils étaient livrés à "une bande organisée rouennaise avec laquelle les mis en cause sont en lien étroit". Au total, le préjudice dépasse 600 000 euros, selon la gendarmerie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.