Cet article date de plus de cinq ans.

Nord : un père tue sa fille de 8 ans avant de tenter de se suicider

C'est à la suite d'une séparation avec sa femme que l'homme a décidé de mettre fin à ses jours et à ceux de la fillette.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
C'est à Landrecies (Nord) qu'un homme de 36 ans a tué sa fille de 8 ans à l'arme blanche avant de tenter de se suicider, le 1er mars 2015. (GOOGLEMAPS)

Un homme, qui venait de se séparer de sa femme, a tué leur fille de 8 ans à l'arme blanche avant de tenter de se suicider, dimanche 1er mars au soir à Landrecies (Nord), comme l'explique France 3 Nord-Pas-de-Calais. Le père, Jérôme C., 36 ans, gardait sa fille ce week-end alors que le couple marié ne vivait plus ensemble depuis trois semaines. Une séparation qualifiée de "douloureuse" par le procureur de Valenciennes, François Pérain.

Selon le parquet, le père a envoyé un texto à son épouse en affirmant qu'elle ne reverrait plus sa fille et qu'il allait se suicider. A la réception du message, la mère de l'enfant a aussitôt prévenu le frère de son époux, qui habite à proximité. Ce dernier s'est présenté au domicile mais n'est pas parvenu à ouvrir la porte. Il a alors alerté les pompiers, qui ont pu, eux, pénétrer dans la maison.

Les jours du père ne sont pas en danger

"Dans la chambre, ils découvrent le père avec sa fille dans le lit, qui est décédée, et qui a reçu manifestement plusieurs dizaines de coups de couteau, principalement dans la région du cœur, a expliqué le procureur. On a également retrouvé des impacts de plomb, mais on ne sait pas s'il y a eu un effet létal."

Le père a ensuite fait une tentative de suicide avec un pistolet à air comprimé. Blessé avec une plaie à l'abdomen et des traces d'empreinte de plomb à la tête, il a été hospitalisé, mais ses jours ne sont pas en danger. "Compte tenu de la nature superficielle de ses blessures, il est ressorti et a été placé en garde à vue", a précisé le procureur. Le père devrait être présenté mardi au parquet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.