Le remorquage du "Costa Allegra" "se passe bien"

Le remorquage du paquebot de croisière a débuté ce matin au large des Seychelles.

Une image d\'archive du \"Costa Allegra\".
Une image d'archive du "Costa Allegra". (X90010 / REUTERS)

Le paquebot Costa Allegra, qui a été pris en remorque mardi 28 février par un thonier français après un incendie en plein océan Indien, est attendu à Mahé, principale île des Seychelles, selon l'armateur du bateau de croisière. La présidence de l'archipel avait évoqué plus tôt l'île Desroches, mais il a fallu changer pour des raisons de sécurité et d'hébergement, selon Costa Croisières.

Deux thoniers français ont été déroutés par le Centre régional opérationnel de secours et de sauvetage (Cross) de La Réunion pour remorquer ce navire qui dérivait depuis la veille au large des Seychelles avec plus de 1 000 personnes à bord. L'un des deux a commencé l'opération. "Tout se passe bien. Les conditions météo sont correctes et même plutôt bonnes", selon le directeur d'armement du thonier, basé à Concarneau (Finistère).

Accostage prévu mercredi ou jeudi

Le bateau de croisière et le puissant thonier, escortés en alternance par des avions seychellois et indiens, se dirigeaient au départ vers l'île Desroches, au sud de la capitale des Seychelles, Mahé, où ils devaient "accoster d'ici 24 à 36 heures en fonction des conditions météorologiques, selon le directeur du Cross Réunion, Nicolas Le Bianic. Les passagers auraient ensuite pu être transférés vers Mahé.

Mais Costa Croisières a estimé que les conditions de sécurité nécessaires pour le débarquement n'étaient pas réunies et que la capacité hôtelière ne permettait pas d'accueillir les passagers. "Il a été donc décidé de remorquer le navire jusqu'à Mahé, en utilisant également l'aide de deux remorqueurs qui sont en train d'arriver à proximité du paquebot et qui permettront d'augmenter sa vitesse".

Avant d'être pris en remorque, le navire était à la dérive. Voici des images tournées lundi.

Reuters

Aucun blessé à déplorer

Parti samedi de Madagascar, le bateau de 188 mètres de long, avec à son bord 636 passagers de 25 nationalités, essentiellement des Italiens, des Français et des Autrichiens, et 413 membres d'équipage, se dirigeait vers les Seychelles et devait se rendre ensuite à Oman puis en Egypte.

"Un incendie s'est déclaré dans la matinée [de lundi]. Les pompiers l'ont rapidement éteint, mais il a endommagé les générateurs, a expliqué le commandant Giorgio Moretti, directeur des opérations maritimes de Costa Croisières. Le navire est à la dérive, il n'y a pas de propulsion, mais aucun incident n'est signalé à bord." 

"Tous les passagers, en bonne santé et régulièrement informés du déroulement des événements, ont été regroupés par mesure de précaution aux points de rassemblement en cas d'urgence sur le navire", selon les gardes-côtes italiens. "On leur fournit du pain, de l'eau. La situation est tranquille", assure le commandant. Selon lui, un hélicoptère devait apporter mardi matin des vivres frais aux personnes à bord, ainsi que des moyens de communication, car seule une liaison satellitaire d'urgence avec le commandant est encore en état de marche.

Nouveau coup dur pour Costa après le "Concordia"

Ce nouvel accident d'un navire de la compagnie Costa Croisières, filiale du géant américain Carnival, survient au plus mauvais moment. Un autre navire de cette compagnie, le Concordia, a fait naufrage le 13 janvier près de l'île italienne du Giglio, provoquant la mort de 32 personnes. Et la compagnie doit faire face à de nombreuses plaintes de rescapés.

Rien qu'aux Etats-Unis, 39 passagers du paquebot ont déposé une plainte à Miami contre Carnival. Ils réclament plus de 520 millions de dommages et intérêts, a indiqué leur avocat.

De nombreuses autres plaintes ont été déposées en France, en Italie ou en Allemagne, aussi bien au civil qu'au pénal, contre le commandant du navire, d'autres officiers du Concordia et trois responsables à terre de Costa Croisières.