Une treizième victime retrouvée dans l'épave du "Concordia"

Il s'agit d'une femme. Les recherches à bord du navire échoué au large de l'Italie ont repris après avoir été suspendues. 

Vue de l\'épave du Costa Concordia, le 22 janvier 2012, au large du Giglio en Italie. 
Vue de l'épave du Costa Concordia, le 22 janvier 2012, au large du Giglio en Italie.  (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

Un nouveau corps a été retrouvé dans l'épave du Concordia, échoué près de l'île italienne du Giglio depuis son naufrage il y a 9 jours, a annoncé dimanche 22 janvier une porte-parole de la protection civile, ce qui porte à 13 le nombre de morts.

"Les plongeurs des pompiers ont trouvé le corps d'une femme sur le pont numéro 7 vers la poupe, dans la partie submergée" du navire de croisière, a indiqué Francesca Maffini, en précisant que la femme "portait un gilet de sauvetage".

La veille, un autre corps de femme a été découvert dans la partie arrière du navire. Il n'a toujours pas été identifié. Pour le moment, seuls 8 corps ont été reconnus, ceux de 4 touristes français, un Italien, un Espagnol, un Allemand, un Hongrois.

Reprise des recherches

La recherche en profondeur des 20 disparus dans l'épave du Concordia, devant l'île italienne du Giglio, ont repris dimanche après-midi après avoir été suspendues dans la matinée, après des mouvements rendant dangereuse l'exploration par les sauveteurs.

 "Il faudrait un miracle" pour retrouver encore des rescapés, a reconnu Cosimo Nicastro, porte-parole des garde-côtes. Même si les familles des victimes n'ont pas perdu tout espoir.

Une carte pour situer les disparus

Les pères d'un couple de Français, Mylène Litzler, 23 ans, et Michaël Blémand, 25 ans, ont lancé samedi depuis le Giglio, un appel pressant, adressé aux milliers de passagers et membres d'équipage pour qu'ils donnent des éléments sur l'endroit où auraient pu se trouver pendant l'évacuation les personnes encore portées disparus. 

Les sauveteurs essaient de dresser une sorte de carte où situer les personnes manquant à l'appel afin de mieux cibler les recherches, périlleuses et lentes à cause de la taille gigantesque du navire (palace flottant de 17 ponts et plus de 1.500 cabines, long comme trois stades de football et haut comme un immeuble de 20 étages).

Eviter une marée noire à tout prix

Autre problème pour les autorités : voir s'il est possible de commencer rapidement le pompage des 2 380 tonnes de mazout enfermées dans les réservoirs du Concordia, pour éviter une marée noire autour de l'île toscane qui est une réserve naturelle.

Le préfet Franco Gabrielli, arrivé samedi au Giglio pour coordonner toutes les opérations, a promis une décision en 48 heures sur la possibilité de continuer à chercher les personnes manquantes tout en vidant les cuves du navire.