Cet article date de plus de huit ans.

Fin de quatre heures de mutinerie à la maison d'arrêt de Blois

Une soixantaine de détenus ont saccagé un secteur de la prison lundi, après la découverte d'un prisonnier mort le matin même.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des camions de pompiers devant l'entrée de la maison d'arrêt de Blois (Loir-et-Cher) après une mutinerie, le 19 août 2013. (FRANCE 3 CENTRE)

La mutinerie a duré quatre heures, lundi 19 août, à la maison d'arrêt de Blois (Loir-et-Cher). Vers 10h30, après la promenade, une soixantaine de détenus ont commencé à saccager un secteur de la prison. Les mutins ont été maîtrisés, en début d'après-midi. C'est la découverte d'un prisonnier mort dans sa cellule, le matin même, qui a déclenché la révolte.

Selon les médecins, une rupture d'anévrisme est à l'origine de la mort du prisonnier. Un diagnostic que ses codétenus ont contesté. "Les détenus ont d'abord refusé de remonter de promenade, puis ils sont entrés en force et ont investi un secteur de la prison", a expliqué le secrétaire national FO-Pénitentiaire, David Daems. Selon lui, les révoltés ont alors commis "des actes de vandalisme en saccageant les équipements".

Le soulèvement a pris fin vers 14h20. "Les détenus sont en passe d'être réintégrés, les contrôles et vérifications se poursuivent", a déclaré le syndicaliste. Une quarantaine de membres des Equipes régionales d'intervention et de sécurité (Eris) avaient été envoyés en renfort depuis Paris. Aucun blessé et aucune prise d'otage n'est à déplorer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.