Une deuxième famille porte plainte après la mort d'un enfant en colonie de vacances en Ariège

Les parents d'un enfant de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne) qui participait au séjour ont porté plainte contre X pour "blessures involontaires" et "mise en danger de la vie d'autrui".

Les enfants de la colonie de vacances endeuillée quittent le chalet d\'Ascou (Ariège), le 10 juillet 2014.
Les enfants de la colonie de vacances endeuillée quittent le chalet d'Ascou (Ariège), le 10 juillet 2014. (RAYMOND ROIG / AFP)

Nouvelle plainte après la mort d'un enfant en colonie de vacances en Ariège. Une deuxième famille d'un enfant a déposé une plainte contre X dans un commissariat du Val-de-Marne. C'est le procureur de la République de Foix (Ariège) qui l'a annoncé, mercredi 16 juillet.

Cette plainte pour "blessures involontaires" et "mise en danger de la vie d'autrui" a été déposée mardi. Le procureur s'attend à d'autres plaintes de parents d'enfants ayant participé à la colonie. Contacté par francetv info,  Marie-Anne Soubré, avocate des familles, a en effet confirmé qu'un collectif d'une dizaine de familles allait porter plainte pour mise en danger de la vie d'autrui. "On se pose beaucoup de questions, notamment sur le fait qu'il y a déjà eu un précédent à Pâques, où des enfants et des enseignants ont été malades", déclare l'avocate.

Les résultats d'analyses attendus pour la fin juillet

Une première plainte avait été déposée vendredi par les parents d'Abdelrazak, un enfant de huit ans originaire de Villeneuve-le-Roi et décédé le 9 juillet d'une infection digestive aiguë, deux jours après son arrivée avec son groupe dans un centre de vacances à Ascou, en Ariège.

Ces deux plaintes n'ont pas d'incidence sur l'enquête en cours : c'est le parquet de Foix qui dirige les investigations dans le cadre d'une enquête pour rechercher les causes de la mort de l'enfant. Les résultats d'analyses sur les aliments servis aux enfants et sur l'eau du robinet du centre doivent être divulgués mercredi après-midi.

Mais ce sont les résultats d'analyses anatomo-pathologiques ordonnées par le procureur après l'autopsie qui devraient permettre de déterminer l'origine de l'infection digestive. Ces résultats ne sont pas attendus avant fin juillet.