Mort d'une étudiante rouennaise en Bulgarie : la justice locale privilégie la piste "probable" du suicide

L'étudiante de 23 ans a été retrouvée pendue dans le centre-ville de Lovech, en Bulgarie. 

Sofia, la capitale de la Bulgarie, où l\'étudiante suivait des études de sociologie.
Sofia, la capitale de la Bulgarie, où l'étudiante suivait des études de sociologie. (GOOGLE MAPS)

Après la mort d'une étudiante rouennaise, à Lovech, en Bulgarie, le 2 novembre dernier, la justice locale privilégie l'hypothèse du suicide, mais n'écarte encore aucune piste, annonce lundi 12 novembre France Bleu Normandie, citant le correspondant de RFI à Sofia.

Le corps de Shanèse, 23 ans, a été retrouvé pendu dans un passage du centre-ville de Lovech, alors que la jeune femme avait passé la soirée avec des amis. Les caméras de vidéosurveillance montrent la jeune femme en train de quitter seule la boîte de nuit où ils se trouvaient.

Les parents ne croient pas au suicide de leur fille

Originaire de La Mailleraye-sur-Seine, près de Rouen, Shanèse étudiait la sociologie à Besançon, et séjournait depuis septembre en Bulgarie à la faveur d'un échange d'un an avec l'université de Sofia, dans le cadre du programme Erasmus. Selon André Leborgne, maire délégué de La Mailleraye-sur-Seine, où vit la famille de Shanèse, la jeune femme était connue pour son caractère "affirmé et son dynamisme", et n'était "pas du tout dépressive". Ses parents sont rentrés en France après avoir passé une semaine sur place. Ils ne souhaitent pas s'exprimer pour l'instant mais font savoir qu'ils ne croient pas au suicide de leur fille.

L'enquête se poursuit. Tous les témoignages n'ont pas encore été recueillis et le parquet attend encore les résultats des analyses et des prélèvements effectués. Ils permettront de déterminer si la jeune femme avait consommé de l'alcool ou des stupéfiants au cours de la soirée. Le code pénal prévoit une période de deux mois pour l'enquête judiciaire.