Mort d'un jeune en garde à vue à Lille fin août : le parquet exclut toute violence policière

Les analyses toxicologiques ont mis en évidence "la présence de psychotropes" dans le sang de la victime et qui seraient la cause du décès, selon le parquet.

Article rédigé par
Avec France Bleu Nord - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Hôtel de police de Lille-Sud (Nord). (DELPHINE GOLDSZTEJN / MAXPPP)

La mort d'un jeune homme à l'hôtel de police de Lille-Sud, le 23 août dernier, n'est pas liée à des violences policières, rapporte France Bleu Nord, jeudi 3 septembre. "L’enquête permet d’exclure toute cause traumatique ou suspecte", a conclu le parquet de Lille jeudi.

Les analyses toxicologiques ont mis en évidence "la présence de psychotropes" dans le sang de la victime, précise le communiqué. Une concentration élevée de ces médicaments, "qui n’a pu que favoriser la survenue d’effets toxiques" serait la cause du décès. Le jeune homme est mort dans sa cellule pendant sa garde à vue. 

Il avait été interpellé dans la rue Delepaul, à Lille, dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23, alors qu'il s'apprêtait à commettre un vol par effraction. Au moment de son arrestation, il s'était présenté comme un mineur d’origine marocaine, selon le parquet. Mais l'enquête "tend à établir qu’il s’agit d’un ressortissant algérien âgé de 23 ans". Pour confirmer définitivement son identité, son ADN devra être comparée avec celle de ses proches.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.