Cet article date de plus de quatre ans.

Michel Fourniret renvoyé aux assises pour le meurtre d'une femme qui cachait le trésor du "gang des postiches"

Michel Fourniret a reconnu ce meurtre, commis en 1988, mais le corps de la jeune femme n'a jamais été retrouvé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Cette photo prise le 29 mai 2008 montre le tueur en série Michel Fourniret arrivant au tribunal de Charleville-Mézières (Ardennes). (ALAIN JULIEN / AFP)

Retour au tribunal. Le tueur en série Michel Fourniret est renvoyé aux assises, a annoncé le parquet de Versailles, jeudi 5 octobre. Il va être jugé pour l'assassinat, en 1988, de l'épouse d'un ex-codétenu, Farida Hammiche. Ce meurtre lui avait permis de s'emparer d'un magot amassé par le célèbre "gang des postiches", une bande de braqueurs parisiens qui a opéré dans les années 1980.

Déjà condamné à la perpétuité pour sept meurtres de jeunes filles, Michel Fourniret, 75 ans, est renvoyé devant la cour d'assises des Yvelines, avec son ex-épouse Monique Olivier, poursuivie notamment pour complicité d'assassinat. La date du procès n'est pas encore connue. Franceinfo revient sur cette affaire en quatre questions.

Qui est la personne assassinée ?

Michel Fourniret va être jugé pour l'assassinat en 1988 de Farida Hammiche, 30 ans à l'époque, dont le corps n'a jamais été retrouvé. Cette femme était la compagne de Jean-Pierre Hellegouarch. Ce trafiquant de stupéfiants et braqueur avait été incarcéré à Fleury-Mérogis (Essonne) avec l'Ardennais.

Jean-Pierre Hellegouarch avait eu vent de l'emplacement de la caisse à outils renfermant le trésor du "gang des postiches", une bande de braqueurs parisiens actifs dans les années 1980. Un de ses ex-codétenus s'était en effet évadé de prison avec un membre du gang et avait recueilli ses confidences. Il en avait fait part à Jean-Pierre Hellegouarch. Celui-ci avait longuement évoqué le trésor et sa localisation avec Michel Fourniret et avait conclu un accord avec lui.

Pourquoi Fourniret a-t-il tué la jeune femme ?

En mars 1988, Farida Hammiche avait contacté Michel Fourniret, qui était sorti de prison, pour lui demander de l'aider à déterrer ce trésor dans un cimetière du Val-d'Oise. Michel Fourniret aurait déterré le magot avec la jeune femme, avant de la tuer pour mettre la main sur plusieurs dizaines de kilos d'or. Le tueur en série a d'ailleurs avoué cet assassinat. Il a assuré avoir attiré Farida Hammiche dans un guet-apens, et l'avoir enterrée dans le secteur de Clairefontaine, dans une zone isolée des Yvelines, avant de faire main basse sur le magot. 

A la différence des meurtres de jeunes filles, précédés de viol ou tentative de viol, qu'il a commis entre 1987 et 2001, cet assassinat repose sur un mobile crapuleux, le vol d'un trésor.

A combien est estimé le trésor du "gang des postiches" ?

L'enquête a permis d'établir que les 50 kg de lingots et pièces d'or découverts par Michel Fourniret faisaient partie du magot de cette entreprise criminelle, spécialisée dans les attaques à main armée de banques parisiennes. Le "gang des postiches", explique France 3 Paris Ile-de-France, est une "équipe de braqueurs et casseurs qui opéra à Paris entre 1981 et 1986. Ils s’attaquèrent à 27 banques et pillèrent 1 300 coffres-forts de particuliers".

Ce trésor a représenté pour Michel Fourniret une somme de 500 000 francs (environ 76 000 euros). C'est avec ce magot, ensuite converti en liquide, que les Fourniret avaient payé comptant leur château du Sautou (Ardennes). Un manoir devenu tristement célèbre pour avoir été le théâtre de leurs crimes.

Pourquoi l'affaire est-elle jugée séparément ?

L'affaire n'a pas été jointe aux sept meurtres jugés à Charleville-Mézière (Ardennes) en raison d'un problème de prescription. Farida Hammiche, 30 ans, disparue le 12 avril 1988 dans les Yvelines n'a jamais été retrouvée. C'est une décennie plus tard, en 2009, que Michel Fourniret et Monique Olivier ont été mis en examen. Il faudra huit ans de plus pour que soit annoncé le renvoi aux assises.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.