VIDEO. François Hollande, figure fédératrice d'un pays meurtri

Le Président a été à l'origine de la fin des exactions des terroristes Chérif et Saïd Kouachi et Amédy Coulibaly. Désormais, son objectif est d'éviter le déchirement de la société.

France 3
C'est François Hollande lui-même qui a donné l'ordre de lancer les assauts simultanés à Dammartin-en-Goële et porte de Vincennes, où se déroulaient deux prises d'otages, ce vendredi 9 janvier. Ces dernières 48 heures, le Président a suivi de près l'évolution de la situation. Au moment de prendre la parole dans une allocution télévisée en début de soirée, il s'est présenté en chef d'Etat rassembleur : "La France, elle a fait face. Mais la France n'en a pas terminé avec les menaces dont elle est la cible".
 
La crainte de la division
 
Dans la journée, il a tenu une réunion de crise et a rencontré Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen. A cette dernière, courroucée de n'avoir été conviée au rassemblement républicain de dimanche, il a répondu en répétant sa volonté de "refuser les surenchères, les stigmatisations, les caricatures".
Désormais, il se dresse face au risque de voir le pays se déchirer encore plus après l'attaque du magasin casher porte de Vincennes : "C'est bien un acte antisémite effroyable qui a été commis. Ceux qui ont commis ces actes - ces terroristes, ces illuminés, ces fanatiques - n'ont rien à voir avec la religion musulmane".
Le JT
Les autres sujets du JT
François Hollande, mercredi 7 janvier 2014 devant les locaux de \"Charlie Hebdo\", à Paris.
François Hollande, mercredi 7 janvier 2014 devant les locaux de "Charlie Hebdo", à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)