Tuerie de Chevaline : les enquêteurs sur une piste roumaine

Neuf mois après le quadruple meurtre, ils s'intéressent à des appels émis par le frère d'une des victimes en direction de la Roumanie.

Un bouquet de roses sur les lieux du quadruple meurtre, à Chevaline (Haute-Savoie), le 8 septembre 2012. 
Un bouquet de roses sur les lieux du quadruple meurtre, à Chevaline (Haute-Savoie), le 8 septembre 2012.  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Neuf mois après le quadruple meurtre de trois membres d'une même famille et d'un cycliste, à Chevaline (Haute-Savoie), les enquêteurs explorent une nouvelle piste. Début 2013, les magistrats d'Annecy ont adressé une commission rogatoire internationale aux autorités roumaines. Cette demande de coopération judiciaire est motivée par l'expertise des communications téléphoniques émises à proximité de la scène de crime, et aux domiciles de la famille Al-Hilli, en Angleterre. 

Les enquêteurs s'intéressent tout particulièrement à des appels émis par le frère de Saad Al-Hilli, le père de famille tué, en direction de la Roumanie, a indiqué le procureur d'Annecy. "Une commission rogatoire a été adressée à la Roumanie, il y a plusieurs mois", a expliqué Eric Maillaud, procureur de la République d'Annecy. "Cette commission rogatoire a été en partie exécutée. Pour l'instant, ça ne donne rien", a-t-il ajouté, remarquant que les numéros composés n'avaient pas pu être identifiés. 

Saad Al-Hilli et son frère Zaid étaient brouillés depuis de nombreux mois à propos de l'héritage de leur père, portant sur plusieurs millions d'euros. La piste du différend familial est l'une des pistes privilégiées par les enquêteurs. Le procureur a cependant précisé que ces appels vers la Roumanie n'avaient "strictement rien d'une piste sérieuse". Il n'a pas non plus confirmé des appels passés entre la Roumanie et le téléphone fixe de la famille Al-Hilli ou entre la Roumanie et la belle-sœur de Saad Al-Hilli comme l'écrit Le Parisien/Aujourd'hui en France.