Cet article date de plus de trois ans.

Meurtre d'Angélique : "Comment peut-il encore raconter autant d’horreurs ?" s'indigne l'épouse de David Ramault

Laetitia Ramault s'indigne de la lettre envoyée par son mari depuis sa cellule et conteste sa version des faits selon laquelle le couple n'avait plus de relations sexuelles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une marche blanche à la mémoire d'Angélique, le 1er mai 2018, à Wambrechies (Nord). (AFP)

Elle rompt le silence. Laetitia Ramault, épouse du violeur et meurtrier présumé de la petite Angélique, s'est confiée au Parisien à travers la voix de son avocat, Hervé Corbanési. Elle réplique ainsi à son mari, David Ramault, qui a envoyé une lettre depuis sa cellule pour tenter d'expliquer le meurtre de l'adolescente de 13 ans, retrouvée dans la nuit du 28 au 29 avril à Quesnoy-sur-Deûle (Nord).  

Rien ne peut justifier ou expliquer son acte. Il n’a aucune excuse, nous avions une vie parfaitement normale et étions heureux.

Laetitia Ramault

Le Parisien

"Son courrier ne fait que nous faire davantage de mal. Comment peut-il encore raconter autant d’horreurs alors que l’acte en lui-même est déjà monstrueux ?" dénonce ainsi cette femme de 36 ans.

"Un acte prémédité"

Selon son avocat, Laetitia Ramault dément l'absence de rapports sexuels avec son mari, que ce dernier avait mis en avant dans sa lettre. Elle indique aussi que rien ne justifiait l'achat de pilules érectiles ce jour-là alors qu'elle était absente du domicile conjugal. Cette infirmière soutient par conséquent que la prise de ces pilules constitue "un acte prémédité".

Obligée de quitter son département du Nord avec ses deux fils, Laetitia Ramault a par ailleurs annoncé qu'elle engageait une procédure de divorce. Elle attend désormais la réponse du juge instruction pour savoir si elle peut se porter partie civile avec ses deux enfants dans le procès de son mari.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Meurtre de la petite Angélique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.