Magnanville : le suspect déjà condamné pour participation à une filière djihadiste

L'homme de 25 ans qui a tué lundi soir un couple de policiers à Magnanville était connu pour des faits de radicalisation. En 2013, il avait été condamné à trois ans de prison, dont six mois avec sursis, et était récemment apparu dans l'entourage d'un homme parti en Syrie. Il était également placé sur écoute depuis mars dernier.

(Illustration : le suspect avait déjà été condamné pour des faits de radicalisation © MAXPPP)

Le parquet antiterroriste s'est saisi, dans la nuit de lundi à mardi, de l'enquête sur le meurtre d'un couple de policiers à Magnanville, dans les Yvelines. Le suspect, abattu par les hommes du Raid au moment de l'assaut est nationalité française, âgé de 25 ans, et connu pour des faits des radicalisation. D'après nos informations, il s'appelait Larossi Abballa et vivait seul à Mantes-la-Jolie (Yvelines). 

Condamné en 2013 pour "participation à une filière djihadiste"

Depuis quelques semaines, il était apparu dans l'entourage d'un homme parti vivre en Syrie. Cela avait incité la police à le placer sous surveillance, selon le service police-justice de France Info.

Larossi Abballa avait déjà été condamné en 2013, à Paris, dans le cadre d'une enquête sur une filière terroriste vers l'Afghanistan et le Pakistan. Il avait écopé de trois ans de prison, dont six mois avec sursis et mise à l'épreuve. Le suspect avait été interpellé en 2011 et libéré le 30 septembre 2013 après avoir purgé sa peine en détention provisoire. Le suspect avait été placé sur écoute en judiciaire en mars dernier, quand son nom était apparu dans le cadre d'une information juduciaire ouverte après le départ d'un homme en Syrie.

Le meurtrier présumé du couple de policiers de Magnanville avait également fait l'objet d'une surveillance de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) depuis sa sortie de prison, à la fin du mois de septembre 2013, selon les informations recueillies par France Info.

A LIRE AUSSI ►►►Double meurtre de policiers : le parquet antiterroriste saisi de l'enquête

Revendication de Daech

Lundi soir, avant 20h30, il a tué un commandant de police de 42 ans de plusieurs coups de couteau. Le policier, officier au commissariat des Mureaux, se trouvait devant son pavillon de Magnanville. Selon nos informations, l'assaillant connaissait l'identité et la profession de la victime. Il est ensuite resté plusieurs heures dans le domicile, retenant la compagne du policier et leur enfant de trois ans. La femme était également fonctionnaire du ministère de l'Intérieur, secrétaire administrative du commissaire de Mantes-la-Jolie.

Pendant plusieurs heures, le Raid et Larossi Abballa ont discuté, négocié. Il s'est alors revendiqué comme appartenant à Daech, comme il l'avait fait plus tôt sur les réseaux sociaux. Dans la nuit, l'agence de communication du groupe Etat Islamique a aussi affirmé que l'homme était l'un de ses "combattants".

Le Raid a donné l'assaut au bout de trois heures, tuant le forcené. Le petit garçon du couple, âgé de trois ans, a été retrouvé sain et sauf dans l'habitation. Mais le corps de sa mère a été découvert inerte.