Cet article date de plus de six ans.

Les pouvoirs publics pointés du doigt après la pagaille en Savoie

La situation revient progressivement à la normale après un week-end de pagaille sur les routes de Savoie où des milliers de voitures ont été bloquées. Désormais, les autorités sont pointées du doigt. Cette situation aurait-elle pu être évitée ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La pagaille en Savoie aurait-elle pu être évitée ? © MAXPPP)

Sur les routes de Savoie, le cauchemar aurait-il pu être évité ? Après un week-end particulièrement noir avec des milliers de voitures bloquées sur les routes en raison de la neige, la question se pose. Les autorités ont-elles tout fait pour éviter cette situation ?

"Il y a quelque part un certain nombre de nos concitoyens qui partent dans les Alpes sans chaînes sans pneus neige, il y a une forme d'imprudence ", explique sur France Info l'ancien ministre des Transports, l'UMP Dominique Bussereau. Mais selon lui il y a aussi "un défaut  de prévision des pouvoirs publics au niveau global. On savait que les évènements météo seraient lourds ".  Pour Dominique Bussereau, "ça ressemble pour l'instant à un loupé important ". L'ancien ministre évoque d'ailleurs la possibilité de confier l'analyse des causes de cette pagaille "à une commission d'enquête parlementaire ".

" Il y a certainement eu un défaut d'organisation des services publics " Dominique Bussereau, député UMP
écouter

Des comportements collectifs en cause pour Alain Vidalies

Il n'y a pas eu de loupé rétorque Alain Vidalies, l'actuel secrétaire d'Etat aux Transports. "L'épisode neigeux était prévu et avait été annoncé aux Français. Du point de vue des secours, des forces de sécurité, des engins de déneigement nous avions mobilisé toutes les forces possibles car justement nous nous attendions à cet évènement ", explique Alain Vidalies sur France Info.

Selon lui, le vrai problème a été un problème de comportement de certains touristes "Un certain nombre de véhicules n'étaient pas équipés n'ont pas pu s'équiper " de chaînes et de pneus neiges. Par ailleurs, détaille Alain Vidalies "on a constaté que beaucoup d'automobilistes procédaient à la mise en place de ces chaînes sur la route elle-même, sans utiliser les aires spécialisées ".

Sur France Info, Alain Vidaliesle secrétaire d'État aux Transports s"explique sur l'événement neigeux
écouter

Désormais les routes semblent être dégagées et la totalité des stations sont désormais accessibles sans chaînes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.