Cet article date de plus de neuf ans.

La police diffuse un portrait-robot du "prédateur des bois"

Soupçonné d'avoir abusé de cinq jeunes filles depuis 1998 en Ile-de-France, un homme de 40 à 50 ans est activement recherché. Sa traque est relancée grâce à la diffusion d'un portrait-robot mardi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Portrait-robot du "prédateur des bois", accusé de cinq viols et activement recherché par la police, qui a lancé un appel à témoins de 1er décembre 2011.  (DR)

Un enlèvement en plein jour suivi d'un viol dans une forêt de l'Essonne. Le mode opératoire est le même et les enquêteurs sont certains d'avoir affaire à un seul et même homme, "très dangereux". Mais impossible de mettre un nom sur celui que la police a surnommé "le prédateur des bois". 

Grâce à des images filmées par des caméras de vidéosurveillance, comme cette scène où l'homme enlève une ado de 16 ans sous la menace d'un couteau, à Paris, en pleine journée, et aux descriptions données par les victimes, les gendarmes de la section de recherche de Paris et ceux de la brigade de protection des mineurs ont dressé un portrait-robot.

Cinq viols entre 1998 et 2008

L'homme, qui se sait recherché, aurait une cinquantaine d'années et mesure entre 1,85 m et 1,90 m. Il porte les cheveux courts et grisonnants, a les yeux bleu très clair et le visage pâle et émacié. Il porte une boucle d'oreille à l'oreille gauche.

Le "prédateur des bois" est suspecté d'avoir commis cinq viols depuis 1998. Le dernier remonte au 8 juin 2008 et a été commis dans la forêt des Grans-Avaux, à Champcueil (Essonne). C'est grâce aux empreintes génétiques que les enquêteurs ont fait le lien entre les différents viols, deux en 1998 et 1999, deux en 2000 et un en 2008. Le juge d'instruction en charge du dossier, Yann Daurelle, lance un appel à témoignages pour tenter d'identifier l'homme. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.