Cet article date de plus de sept ans.

Le bébé disparu à Bordeaux "doit être mort", selon le parquet

Le père de l'enfant, âgé de 30 ans, a confié à des passants qu'il avait lancé son bébé de quatre mois et demi dans le fleuve. La procureure ne laisse que peu d'espoir sur la possiblité de le retrouver en vie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un père s'est accusé d'avoir jeté son enfant dans la Garonne, à Bordeaux (Gironde), le 11 novembre 2014. (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

Les autorités n'ont que peu d'espoir. Le bébé qui aurait été jeté mardi soir dans la Garonne par son père reste introuvable, jeudi 13 novembre, mais la procureure de la République de Bordeaux a "la certitude que cet enfant a disparu et que, compte tenu de son jeune âge, il doit être mort".

Le père "n'a fait aucune déclaration"

Son père, un homme de 30 ans, a été interpellé mardi soir à Bordeaux (Gironde), une poussette vide à proximité, après avoir confié à des passants qu'il venait de lancer son bébé de quatre mois et demi dans le fleuve. Placé en garde à vue, l'homme "n'a fait aucune déclaration, ne donne pas d'explication à son geste", selon la procureure.

"Il dit qu'il ne se souvient pas, il a parfois des propos incohérents", explique la magistrate, qui évoque des "tensions très vives ces derniers jours" au sein du couple qu'il formait avec la mère de l'enfant. L'homme n'a aucun antécédent psychiatrique ou judiciaire et n'était pas sous l'emprise de stupéfiants ou d'alcool au moment des faits.

Des recherches menées sans succès

Les recherches pour retrouver le bambin sont restées vaines. Aucun témoin n'a vu le père jeter son enfant dans le fleuve et l'exploitation de la vidéosurveillance par les enquêteurs "n'a donné aucun élément probant". Une information judiciaire pour homicide volontaire sur mineur doit être ouverte jeudi après-midi à l'issue de la garde à vue du père.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.