Pédopornographie : Christian Quesada, ex-star des jeux télé, est condamné à trois ans de prison

Le procès du champion des "Douze coups de midi", le jeu de TF1, s'est déroulé à huis clos et par visioconférence en raison du confinement sanitaire lié à l'épidémie de coronavirus.

Christian Quesada, le 28 novembre 2017, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).
Christian Quesada, le 28 novembre 2017, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (MAXPPP)

L'ex-star des jeux télévisés Christian Quesada a été condamné, mercredi 8 avril, pour corruption de mineurs et détention et diffusion d'images pédopornographiques à trois ans de prison par le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse, a annoncé le parquet. Le procès du champion des "Douze coups de midi" s'est déroulé à huis clos et par visioconférence en raison du confinement sanitaire lié à l'épidémie de coronavirus.

En détention provisoire depuis fin mars 2019, l'ex-star du petit écran comparaissait depuis sa prison. Peu de temps avant l'audience, son avocat, Me Christophe Camacho, a indiqué "qu'il ne défendrait plus son client qui n'a cependant pas souhaité être assisté par un autre avocat", a précisé le procureur de la République de Bourg-en-Bresse Christophe Rode, dans un communiqué. Christian Quesada "a pu s'exprimer par le biais de la visioconférence, comme prévu", a-t-il ajouté.

"Ce fut une justice rendue dans la pénombre"

S'ajoutent aux trois ans d'emprisonnement, avec maintien en détention, cinq ans de suivi socio-judiciaire - avec 3 ans d'emprisonnement en cas de non-respect - et une inscription au fichier des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS). "Aucune des victimes identifiées ne s'est déplacée. Elles ne se sont pas constituées partie civile", a poursuivi Christian Rode.

Seule l'association Fondation pour l'Enfance s'était constituée partie civile. Son avocate, Me Céline Astolfe, avait fait parvenir au tribunal des conclusions écrites. "La justice est passée, mais je regrette profondément qu'elle n'ait pas rempli sa fonction pédagogique en l'absence de débat public. Ce fut une justice rendue dans la pénombre", a estimé auprès Me Céline Astolfe. Christian Quesada a dix jours pour faire appel de la décision du tribunal.

L'affaire Quesada avait éclaté avec la plainte d'une jeune fille mineure qui expliquait avoir dialogué sur internet avec un garçon se faisant passer pour un mineur et lui demandant de se dévêtir, de lui envoyer des photos dévêtues, et lui faisant des propositions ouvertement sexuelles. Par la suite, des centaines d'images et vidéos compromettantes de mineurs et d'enfants subissant des viols et agressions sexuelles, qu'il échangeait avec d'autres internautes, ont été retrouvées sur ses ordinateurs.