Nicolas Bay, vice-président de Reconquête !, mis en examen pour diffamation envers le rappeur Médine

À l'instar de la députée LREM Aurore Bergé, Nicolas Bay accuse le rappeur d'être proche de la "mouvance islamiste". Le vice-président de Reconquête ! assure qu'il le démontrera au procès.

Article rédigé par
avec France Bleu Normandie - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Bay, le vice-président du parti d'Éric Zemmour Reconquête !, le 10 mai 2022. (FRED HASLIN / MAXPPP)

Nicolas Bay, le vice-président du parti d'Éric Zemmour Reconquête !, est mis en examen pour diffamation envers le rappeur Médine, rapporte mercredi 18 mai France Bleu Normandie.

Il avait accusé le chanteur d'être proche de la "mouvance islamiste" dans l'un de ses tracts de campagne alors que Nicolas Bay était candidat Rassemblement national aux élections régionales en Normandie en 2021. Le rappeur havrais avait déposé plainte en juin de la même année.

Nicolas Bay maintient ses propos

Nicolas Bay a adressé un message à France Bleu Normandie, dans lequel il affirme qu'il démontrera "sans difficulté lors du procès la réalité de ce que j'ai dit à savoir que Médine s'est caractérisé par des liens biens réels, publics et qu'il a lui-même reconnu avec des associations et des personnalités de cette mouvance".

Médine avait aussi déposé plainte pour diffamation, début 2021, contre la députée La République en marche des Yvelines Aurore Bergé, car elle l'avait qualifié sur LCI de "rappeur islamiste" qui lance des "appels au meurtre" dans ses chansons.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice – Procès

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.