Cet article date de plus de cinq ans.

Marseille : les calanques menacées par les braconniers

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min
Marseille : les calanques menacées par les braconniers
Marseille : les calanques menacées par les braconniers Marseille : les calanques menacées par les braconniers (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3
France Télévisions
France 3

Dans les calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône), les fonds marins sont pillés par les braconniers. Un trafic traqué par une unité spéciale.

Avec leur falaise de calcaire qui plongent dans la mer, les calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône) sont un incontournable de la Méditerranée. Mais pour ces plongeurs, le lieu est un inestimable sanctuaire marin. Il faut descendre à 40 voire 50 mètres pour apercevoir un banc de daurades, une pieuvre ou encore une raie. Dans les calanques, ces zones marines protégées, la faune est pourtant menacée. À la tombée du jour, les braconniers auraient leurs habitudes malgré la présence de la gendarmerie qui patrouille dans chaque crique et à la sortie des égouts de Marseille.

"Tu vas voir, je vais me les faire les oursins".

Parfois, la gendarmerie fait mouche. Il y a quelques semaine à Marseille, quatre pilleurs de fonds marins ont été jugés. L'aboutissement de mois de filature digne d'une opération anti-drogues, avec, dans le dossier, des enregistrements téléphoniques accablants. "Là, tu vas me lâcher à Riou. Tu vas voir, je vais me les faire les oursins". Qui sont ces hommes visés par la justice ? Des chasseurs sous-marins aguerris qui n'hésitent pas à se mettre en scène. D'après les enquêteurs, les braconniers auraient en quatre ans, prélevé 4,6 tonnes de poissons, 16 940 douzaines d’oursins et 322 kg de poulpes. Le tout revendu pour au moins 160 000 €.

Pour ces faits, les 4 braconniers ont été condamnés à de la prison avec sursis et de lourdes amendes. Pour éviter le procès public, 8 restaurateurs de la région, clients des braconniers, ont négocié avec la justice. Elle leur a infligé des amendes et des stages de sensibilisation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.