Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, lance une procédure de dissolution contre le groupe d'extrême gauche Nantes révoltée

Il accuse Nantes révoltée de diffuser des "appels à la violence" et d'être impliqué dans une manifestation lors de laquelle des jets de projectile ont visé les forces de l'ordre vendredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des participants à une manifestation antifasciste à Nantes, le 21 janvier 2022. (ESTELLE RUIZ / HANS LUCAS / AFP)

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé avoir engagé une procédure de dissolution contre le "groupement de fait d'ultra-gauche" Nantes révoltée, réclamée par des élus de droite et de la majorité, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, mardi 25 janvier.

Nantes révoltée "répète sans cesse des appels à la violence (...) contre l'Etat, contre les policiers, avec des propos absolument inacceptables", a accusé Gérald Darmanin à la tribune, où il répondait à une demande de la députée LREM de Loire-Atlantique Valérie Oppelt.

"J'ai décidé d'engager le contradictoire qui permettrait la dissolution de ce groupement de fait", a-t-il annoncé. Cette procédure a notamment été utilisée contre les groupes d'ultra-droite Génération identitaire et les Zouaves Paris.

"Hâte de voir les justifications pour restreindre la liberté d'expression", a réagi sur Twitter Nantes révoltée, qui se définit comme un média "sur les luttes sociales et environnementales".

Des violences et des dégradations lors d'une manifestation vendredi

Le groupe visé dispose d'une période de quinze jours pour faire valoir ses arguments au gouvernement, après quoi le ministre prendra sa décision. S'il réclame la dissolution, il présentera un décret en ce sens au Conseil des ministres. Le ministre de l'Intérieur s'est dit convaincu que son dossier serait "inattaquable", rappelant que ses précédentes demandes de dissolution "ont toutes été validées par le Conseil d'Etat".

Mardi matin, le préfet de Loire-Atlantique, Didier Martin, avait expliqué devant la presse qu'une dissolution n'était "pas aussi simple qu'il y paraît, sinon ça aurait pu être fait depuis longtemps". "Nantes révoltée se revendique média, on peut donc par exemple être confronté au respect de la liberté d'expression et de la liberté de la presse", avait-il ajouté.

Cette demande de dissolution intervient après une manifestation vendredi soir à Nantes, qui a rassemblé plus de 600 personnes. L'appel à manifester "contre le fascisme, le capitalisme, l'autoritarisme" avait été relayé par Nantes révoltée. Des projectiles avaient été lancés vers les forces de l'ordre et une vitrine de magasin a été brisée, rapporte France 3. Un serveur et un client d'un bar réputé pour accueillir des militants d'extrême droite ont été frappés. Trois personnes ont été interpellées. L'une d'elles a été condamnée à une peine de prison ferme, a annoncé Gérald Darmanin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice – Procès

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.