Intrusion dans un lycée à Angoulême : deux mineurs condamnés par le tribunal pour enfants dont l'un à une peine de prison avec sursis

Les deux mineurs, âgés de 17 et de 15 ans, ont fait irruption, le 18 janvier, dans le lycée Marguerite-de-Valois à Angoulême.
Article rédigé par France Info - France Bleu La Rochelle
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Lycée Marguerite de Valois, à Angoulême. (RENAUD JOUBERT / MAXPPP)

Les deux mineurs, âgés de 17 et de 15 ans, qui ont fait irruption, le 18 janvier, dans le lycée Marguerite-de-Valois à Angoulême, ont été condamnés par le tribunal pour enfants. Trois semaines après leur intrusion, ils font l'objet de mesures de placements, rapporte, mardi 6 février, France Bleu La Rochelle.

Ils s'étaient introduits dans l'établissement scolaire, masqués et armés d'une bombe lacrymogène, blessant au passage une enseignante qui voulait s'interposer. Ils ont été jugés ce mardi devant le tribunal pour enfants, au palais de justice d'Angoulême.

Le plus âgé placé en centre éducatif fermé

Le plus âgé, qui sera majeur au mois de juin, bien connu des services de justice pour des faits de violences, a été reconnu coupable de violences avec armes sur une personne chargée d'une mission de service public, l'enseignante qui a été blessée. Il a été condamné à sept mois de prison avec sursis, puisqu'il est incarcéré depuis son déferrement le lendemain des faits, il y a un peu plus de trois semaines. Pendant les six mois restants de sursis probatoire, jusqu'à sa majorité, il sera placé en centre éducatif fermé, dans un département voisin de la Charente.

Quant au plus jeune, qui était sous contrôle judiciaire depuis le 20 janvier, il a aussi été reconnu coupable des mêmes délits, mais il n'est pas connu des services de justice, et il fera l'objet d'une mesure d'éducation judiciaire provisoire, chez un oncle éloigné de la Charente. Les deux garçons ont interdiction d'entrer en contact avec les victimes et obligation de suivre des formations professionnelles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.