Corruption en Corée du Sud : l'héritier de Samsung, Lee Jae-yong, condamné à deux ans et demi de prison

Il "a versé volontairement des pots-de-vin et demandé à la présidente d'user de son pouvoir pour faciliter sa succession en douceur" à la tête du conglomérat, a indiqué le tribunal de Séoul dans son jugement rendu ce lundi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le logo de la compagnie sud-coréenne Samsung, au siège de la firme à Séoul, le 8 janvier 2020. (JUNG YEON-JE / AFP)

Le principal décideur de Samsung envoyé en prison. L'héritier du premier fabricant au monde de smartphones et de puces mémoire, Lee Jae-yong, a été condamné à deux ans et demi de prison, lundi 18 janvier à Séoul, dans un retentissant scandale de corruption, rapporte l'agence sud-coréenne Yonhap. Il a été reconnu coupable de corruption et de détournements de fonds. Après l'annonce du verdict, il a immédiatement été emmené en détention.

Lee Jae-yong faisait l'objet d'un nouveau procès dans l'affaire à tiroirs qui avait entraîné la destitution en 2017 de l'ex-présidente Park Geun-hye, puis son incarcération. Il "a versé volontairement des pots-de-vin et demandé à la présidente d'user de son pouvoir pour faciliter sa succession en douceur" à la tête du conglomérat, a indiqué le tribunal du district central de Séoul dans son jugement.

Cette arrestation prive le géant technologique sud-coréen de son principal dirigeant. Officiellement, Lee Jae-yong est le vice-président de Samsung Electronics. Mais dans les faits, il est celui qui a repris le flambeau à la tête du conglomérat depuis que son père Lee Kun-hee, l'artisan du décollage mondial du groupe, s'est mis en retrait en raison de problèmes de santé. Le patriarche est décédé en octobre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.