Violences Trappes : le mari de la femme au niqab condamné en appel à trois mois de prison avec sursis

Le jeune homme s'était opposé au contrôle d'identité de sa compagne. Une altercation avec la police qui avait entraîné plusieurs nuits de violences.

Michaël Khiri lors de sa comparution au tribunal de Versailles en première instance, le 20 septembre 2013.
Michaël Khiri lors de sa comparution au tribunal de Versailles en première instance, le 20 septembre 2013. (MARTIN BUREAU / AFP)

Le mari de la femme au niqab a été condamné en appel à trois mois de prison avec sursis par la cour d'appel de Versailles (Yvelines). Le jeune homme était poursuivi pour s'être violemment opposé, le 18 juillet 2013  à Trappes (Yvelines), au contrôle d'identité de sa femme, qui contrevenait à la loi interdisant le port du voile intégral. Cet incident avait provoqué plusieurs nuits de violences dans la ville.

Cette condamnation, assortie d'une amende de 1 000 euros, est conforme aux réquisitions du parquet. Elle intervient quelques heures après un arrêt de la Cour européenne des droits de l'Homme de Strasbourg jugeant "légitime" l'interdiction du voile intégral en France.

En première instance, le jeune homme, converti à l'islam à 16 ans, avait comparu devant le tribunal correctionnel de Versailles pour "rébellion" et "outrage" envers trois policiers, tous parties civiles, et "violences sans ITT" sur l'un d'eux. Il avait été condamné à trois mois de prison avec sursis. Michaël Khiri avait fait appel.