Jacqueline Sauvage a montré que "quand on a la volonté, la persévérance, qu'on ne se résigne pas, on arrive à déplacer des montagnes", confie son avocate

Condamnée en appel en 2015 à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent, avant de bénéficier d'une grâce présidentielle en 2016, Jacqueline Sauvage est morte le 23 juillet. "Un symbole qui disparaît" pour son avocate Nathalie Tomasini.

Jacqueline Sauvage lors de son procès, à la cour d\'appel de Blois, le 3 décembre 2015.
Jacqueline Sauvage lors de son procès, à la cour d'appel de Blois, le 3 décembre 2015. (PHILIPPE RENAUD / MAXPPP)

Jacqueline Sauvage a montré que "quand on a la volonté, la persévérance, qu'on ne se résigne pas, on arrive à déplacer des montagnes", déclare son avocate Nathalie Tomasini mercredi 29 juillet sur franceinfo après l'annonce de la mort de Jacqueline Sauvage à 72 ans, jeudi 23 juillet. "C'est un choc" pour son conseil qui l'a accompagnée dans ses procès.

"C'est un choc parce que c'est un symbole de la lutte contre les violences conjugales qui disparaît aujourd'hui", même un "double choc" après la mort de l'avocate Gisèle Halimi, mardi 28 juillet, témoigne Nathalie Tomasini.

En tant que femme, j'avais noué des liens très très forts pendant cette croisade avec cette femme qui était d'une grande douceur, d'une grande humanité, contrairement à ce qu'on a pu prétendre.Nathalie Tomasini, avocate de Jacqueline Sauvageà franceinfo

Nathalie Tomasini a défendu Jacqueline Sauvage lors de ses procès en première et en deuxième instance pour le meurtre de son mari avec un fusil de chasse en 2012, alors qu'il l'avait violentée pendant des dizaines d'années. Par deux fois, elle a été condamnée à dix ans de réclusion, mais a finalement été graciée totalement par François Hollande, alors président, en 2016.

"C'est vraiment un symbole"

"Ça a marqué les esprits, ça a fait avancer, ça a ouvert une brèche en tout cas pour faire avancer la lutte contre les violences faites aux femmes", a poursuivi l'avocate. Selon elle, ça n'est pas suffisant encore, "mais je crois que la résistance de Jacqueline à la fois à la violence de son époux, à l'incompréhension des magistrats, sa résistance aussi face à la violence de cette médiatisation, a montré à toutes ces femmes qui ont encore peur de pousser la porte d'un commissariat, qu'au bout du compte, quand on a la volonté, la persévérance, qu'on ne se résigne pas, on arrive à déplacer des montagnes", estime l'avocate.

Jacqueline Sauvage "a été graciée par François Hollande, elle a été reçue à l'Elysée, alors que beaucoup de gens aussi ont estimé que c'était une criminelle et qu'elle méritait ces dix ans de condamnation. Elle a démontré avec sa résistance qu'on pouvait y arriver. Pour moi, c'est vraiment un symbole, Jacqueline Sauvage."