Cet article date de plus de cinq ans.

INFO FRANCE BLEU. Un entrepreneur mosellan revient en France après cinq ans de détention au Qatar

L'homme avait été condamné pour avoir signé des chèques sans provision. Une accusation qu'il a toujours contestée.

Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Lorraine
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Emprisonné pour avoir tenté de fuir le pays, le Français Jean-Pierre Marongiu avait entamé une grève de la faim au Qatar en 2013. Une situation intenable pour son épouse. (JULIO PELAEZ / MAXPPP)

Le Français Jean-Pierre Marongiu, qui était détenu depuis septembre 2013 au Qatar, a atterri à Paris jeudi 5 juillet à 6h20, selon une information de France Bleu Lorraine Nord. Cet entrepreneur mosellan y était prisonnier pour avoir signé des chèques sans provision, accusation qu'il conteste. L'émir du Qatar l'avait grâcié le 12 juin, lui permettant ainsi de quitter le riche pays gazier mercredi 4 juillet. Il va retrouver sa femme et ses deux enfants, qui vivent à Metz. Le ministère des Affaires étrangères a confirmé que "Jean-Pierre Marongiu a été expulsé du Qatar dans la nuit du 4 au 5 juillet", rapporte ainsi France Bleu Lorraine Nord.

Jean-Pierre Marongiu était en prison à cause d'un litige avec son associé. Il y a cinq ans, les comptes de son entreprise ont été vidés. Le Mosellan pointe du doigt son associé qatari. Dans ce pays du Golfe, les chèques sans provision sont très sévèrement punis et Jean-Pierre Marongiu s'était retrouvé du jour au lendemain derrière les barreaux, après un procès sans traducteur français.

Une détention difficile à vivre

Ses premières années de détention ont été difficiles. Ce dernier partageait une cellule sans lumière avec des dizaines d'autres prisonniers. L'entrepreneur mosellan avait ensuite pu gagner la prison centrale de Doha. Ses conditions de détention s'y étaient un peu améliorées. "Je suis dans un trou et je ne sais pas si j'en sortirai un jour", avait-il confié à France Bleu Lorraine depuis un téléphone clandestin en novembre 2014.

Au cours de sa détention, Jean-Pierre Marongiu avait sollicité les différents présidents français, François Hollande puis Emmanuel Macron, pour l'aider à quitter le pays et purger sa peine en France. Les autorités qataris ont refusé toutes ses demandes. En avril 2017, il avait écrit à François Hollande : "Monsieur le Président, c'est un homme affaibli et humilié mais un homme debout qui vous écrit. Ce qui me rattache encore à un espoir de liberté, c'est l'amour de ma famille et la foi inébranlable en mon pays." Il avait fait une grève de la faim l'an dernier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.