Cet article date de plus d'un an.

Incendie à La Teste-de-Buch : "La situation est préoccupante mais on a beaucoup d'espoir", explique le maire de la ville

Plus de 3 000 hectares de forêts ont déjà brûlé dans cette commune de Gironde depuis le départ du feu mardi. Selon l'élu, le sinistre est parti d'un véhicule tombé en panne. Une piste déjà évoqué par la Première ministre.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Patrick Davet, le maire de La Teste-de-Buch (Gironde), le 15 juillet 2022. (BENJAMIN GUILLOT-MOUEIX / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP)

La situation est "stabilisée", affirme, samedi 16 juillet, sur franceinfo Patrick Davet, le maire de La Teste-de-Buch (Gironde), au sujet du feu qui touche sa commune. L'incendie qui s'est déclaré dans la nuit de mardi à mercredi a déjà brûlé 3 150 hectares de forêts, sans faire de victime. "Il n'y a pas d'aggravation, tout est sous surveillance avec des points assez chauds, détaille l'élu. C'est un peu sécurisé. Je dis un peu, car il suffit que le vent tourne d'un coup... On a peur que cela parte sur le massif landais. Hier on a fait des para-feux de 50 mètres de large pour ralentir et être offensif vis-à-vis du feu. La situation est préoccupante, mais on a beaucoup d'espoir. Tout cela n'est pas une science exacte."

>>> Incendies en Gironde : suivez l'évolution de la situation en direct

Concernant l'origine du feu, Patrick Davet confirme ce qu'avait affirmé la Première ministre Elisabeth Borne : "C'est un jeune, local, qui est passé sur la piste dans la forêt, sa voiture est tombée en panne, le feu est parti... Dans cet endroit, il y a peu de réseau, il a dû faire deux kilomètres à pied et le feu est parti." "Il n'est pas très bien en ce moment, on va le soutenir", ajoute l'élu.

Tirant déjà les leçons du sinistre, le maire estime qu'il faudra plus de "sérieux" dans la gestion de l'accès à la forêt : "Si elle avait été nettoyée, l'accès aurait été plus facile et on ne serait peut-être pas dans cette situation. Ce sera mon travail après".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.