VIDEO. Val-de-Marne : un mort et huit blessés dans un incendie à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil

Le feu, étendu sur dix étages, a été difficile à maîtriser, a confié à franceinfo le commandant de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Le feu s\'étendu sur dix étages.
Le feu s'étendu sur dix étages. (SYLVIA BOREL / BSPP)

Un incendie s'est déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi, dans l'enceinte de l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), a appris jeudi 22 août franceinfo auprès des pompiers. Une résidente a été retrouvée morte dans l'ascenseur et huit personnes ont été blessées, dont quatre soldats du feu.

"On a fait face à une situation très complexe, avec un feu étendu sur dix étages", a témoigné sur franceinfo le commandant de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, Guillaume Fresse, mais selon lui, "le bilan aurait pu être plus lourd".

Grandes échelles et "cagoules de sauvetage"

Une centaine de sapeurs-pompiers ont été engagés. "On a découvert une personne décédée mais on a pu sauver dix vies, des personnes bloquées sur leur balcon qui nous appelaient à l'aide, poursuit Guillaume Fresse. On a mis en œuvre des échelles aériennes pour les évacuer, mais également via la cage d'escalier avec des cagoules de sauvetage, raccordées à la bouteille d'air comprimé du pompier qui permet à la personne de respirer normalement sans être intoxiquée par les fumées toxiques."

Malgré la violence de l'incendie, le fonctionnement de l'hôpital n'a pas été perturbé. Seule une vingtaine de résidents de l'immeuble en feu ont été évacués. L'origine du sinistre est pour le moment encore inconnue. Les flammes sont parties du sixième étage d'un bâtiment qui héberge des personnes travaillant pour l'hôpital et se sont étendues sur les dix niveaux du bâtiment, sur la totalité de la cage d'escalier.

"On se dit qu'on va mourir"

"À ce moment-là, on panique", confie à franceinfo Christophe, qui habite au 10e étage de l'immeuble incendié. Il allait se mettre au lit quand il a senti une odeur de brûlé. "On appelle les pompiers, on ouvre la porte, on voit qu'on ne peut pas sortir, donc on passe par le balcon. À ce moment-là, on se dit qu'on va mourir."

J'étais avec mon fils de 12 ans et ma femme, on est passés de balcon en balcon.Christophe, un résidentà franceinfo

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a apporté "tout son soutien aux victimes et à leurs proches". Le directeur général de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, a pour sa part décrit à franceinfo un immeuble "conforme, pour lequel il y avait eu une visite de sécurité incendie qui n'avait pas montré d'anomalie".