Renforts de l'UE contre les incendies en France : une aide d'ampleur "inédite", se réjouit le porte-parole de la Sécurité civile

Emmanuel Macron a remercié dans un tweet la "solidarité européenne", louant l'arrivée de l'aide de l'Allemagne, de la Pologne, de la Roumanie et de l'Autriche. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un pompier à Saint-Magne (Gironde), le 10 août 2022. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Emmanuel Macron a loué ce jeudi 11 août la "solidarité européenne", en annonçant l'arrivée de l'aide européenne. Pour épauler la France, la Grèce va dépêcher deux Canadair et la Suède deux Air Tractor, l'Allemagne 64 pompiers et 24 véhicules et la Pologne 146 pompiers et 49 véhicules.

Le commandant Alexandre Jouassard, porte-parole de la Sécurité civile, interrogé ce jeudi sur franceinfo, juge l'ampleur de cette aide "inédite".  Ces renforts de lutte contre les incendies sont "exceptionnels, mais pas nouveaux", selon lui. 

>> Suivez l'évolution des incendies dans notre direct

Pourquoi a-t-on fait appel à des moyens européens contre ces feux ?

Alexandre JouassardPour notre réponse opérationnelle, on a "dézoomé" du niveau de la zone au département puis au niveau national. Et lorsqu'on commence à être limités en termes capacitaires, avec un engagement sur l'ensemble du territoire national, il y a le mécanisme européen de protection civile qui est une solution. Jusqu'à présent, la France alimentait souvent ce mécanisme en envoyant des moyens en aide. On a toujours été le pays qui envoyait le plus de modules dans l'Union européenne ces dernières années, notamment l'an passé avec 250 femmes et hommes ainsi que des largages de Canadair en Grèce, mais aussi en Italie et en Algérie. Et cet été, c'est nous qui faisons appel à l'aide européenne. Avoir autant de moyens aériens et terrestres européens qui vont arriver, c'est inédit. Pour les moyens grecs, ils sont déjà venus au début de la saison des feux de forêt. C'est donc exceptionnel, mais ça n'est pas nouveau.

Comment s'intègrent ces renforts dans les équipes qui sont déjà sur le terrain depuis des semaines ?

Nous avons l'habitude de travailler ensemble, nous réalisons de nombreux exercices tous les ans. Nous avons d'ailleurs accueilli un des exercices majeurs cette année durant la présidence française de l'Union européenne, l'exercice Domino. Nous savons donc recevoir les moyens des pays étrangers, ce qu'on appelle le "Host nation support". Il n'y a aucun problème pour accueillir ceux qui vont nous rejoindre et qui s'intègreront à notre dispositif. L'arbitrage des moyens terrestres, lorsqu'ils arriveront, sera fait au coup par coup, avec évidemment une organisation régionale, l'objectif étant de ne pas faire traverser trop de distance aux renforts.

Le fait d'avoir plus de monde, ça permet quoi ?

L'aide ponctuelle européenne permet plusieurs choses, notamment de répartir les dispositifs. Cela permet aussi de durer plus longtemps, puisque ça fait déjà un mois et demi que nos équipes sont mobilisées. Mais en aucun cas l'objectif est que les équipes européennes se suppléent aux moyens nationaux. Le but est justement d'augmenter, encore, notre réponse opérationnelle. Hier [mercredi] 10 000 sapeurs-pompiers luttaient contre les feux de forêt sur l'ensemble du territoire national.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.