Pour secourir les habitants dans l'incendie d'un immeuble à Paris, les pompiers ont dû monter "à la force des bras"

Le porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris, Clément Cognon, a précisé les conditions délicates dans lesquelles ses collègues ont dû intervenir pour secourir les habitants d'un immeuble du 16e arrondissement de Paris où un incendie s'est déclaré dans la nuit de lundi à mardi.

Des pompiers interviennent lors d\'un incendie à Paris, mardi 5 février 2019.
Des pompiers interviennent lors d'un incendie à Paris, mardi 5 février 2019. (BENOÎT MOSER / BSPP)

Un incendie dans le 16e arrondissement à Paris, durant la nuit du lundi 4 au mardi 5 février, a fait neuf morts et une trentaine de blessés, dont six sapeurs-pompiers. La piste criminelle est privilégiée par les enquêteurs. Une femme de 40 ans, qui avait des antécédents psychiatriques, a été arrêtée dans la rue alors qu'elle venait d'essayer de mettre le feu à un véhicule et à une poubelle. Elle se trouve, mardi matin, en garde à vue.

>>> Retrouvez dans notre direct les dernières informations sur cet incendie qui a ravagé un immeuble d'habitation

Il a fallu cinq heures aux services de secours pour éteindre l'incendie dans des conditions particulièrement difficiles. Le porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris, Clément Cognon, était l'invité de franceinfo, mardi matin.

franceinfo : Comment expliquer que le bilan soit aussi lourd ?

Clément Cognon : Tout d'abord l'horaire. C'est une heure où les gens dorment. Ils ont été surpris par un incendie extrêmement violent. La configuration des lieux est compliquée, dans la mesure où l'immeuble qui est touché par le sinistre ne donne pas directement sur la voie publique. Il faut d'abord traverser un immeuble sur la voie publique, passer en dessous par un corridor, pour enfin arriver dans une cour où se situe l'immeuble qui était en flammes. C'est comme ça que nos collègues lorsqu'ils arrivent se rendent dans la cour avec des échelles pour partir à l'ascension de l'immeuble embrasé et procéder au sauvetage.

Dans quelles conditions ont travaillé les pompiers qui sont intervenus ?

Mes collègues ont travaillé dans des conditions toutes particulières, d'une part la configuration des lieux, d'autre part le nombre important de personnes qui se manifestaient et qu'il fallait secourir en urgence et d'autre part le fait qu'on ne puisse pas mettre d'échelles mécaniques. Il a fallu travailler avec des échelles à main, qu'on a prolongées avec des échelles à crochets, qui permettent de faire l'ascension de la façade, à la force des bras, en traction, pour aller d'étage en étage chercher des gens.

Est-ce normal, dans ce type d'incendie, qu'un immeuble prenne feu aussi rapidement ?

On ne peut pas parler de normalité considérant la violence de l'incendie, après je ne peux pas vous en dire beaucoup plus. Ce qui est vrai, c'est que dans les immeubles d'habitation, il y a beaucoup de potentiel calorifique avec des matériaux, l'ensemble des canapés, des télés. Le deuxième facteur, ce sont les portes qui peuvent être éventuellement laissées ouvertes et qui vont permettre la propagation de l'incendie.

Un incendie s\'est déclaré dans la rue Erlanger, dans le 16e arrondissement de Paris, le 5 février 2019.
Un incendie s'est déclaré dans la rue Erlanger, dans le 16e arrondissement de Paris, le 5 février 2019. (RADIO FRANCE / XAVIER MEUNIER)