Cet article date de plus de trois ans.

Indre-et-Loire : un suspect arrêté et écroué après la découverte d'un corps carbonisé

Il aurait volontairement mis le feu à la voiture où dormait la victime, un de ses amis, après une violente dispute.

Article rédigé par
avec France Bleu Touraine - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.

L'auteur présumé de l'incendie qui a provoqué la mort d'un jeune homme à Pouzay, dimanche 19 août, a été arrêté et écroué, a appris mercredi 22 août France Bleu Touraine auprès du parquet. Il aurait volontairement mis le feu à la voiture où dormait la victime, un de ses amis. Le jeune homme, âgé de vingt ans comme la victime, a avoué avoir mis volontairement le feu à la voiture. Il était alors fortement alcoolisé.

Selon ses déclarations, il a passé la soirée du samedi 18 août avec la victime. Ils fêtaient un anniversaire à Pouzay, fête qui s'est terminée à la Guinguette de la plage, située en bord de rivière. C'est là, le lendemain matin, qu'une violente dispute éclate entre les deux jeunes hommes, l'un reprochant à l'autre de ne pas lui avoir remboursé une somme d'argent après un prêt.

Après la dispute, il incendie la voiture où dort son ami, "avec du papier"

La dispute est violente, mais brève. Chacun part de son côté : l'un va dormir dans sa voiture, garée sur le parking de la guinguette, tandis que l'autre, sous l'effet de l'alcool, décide de mettre le feu au véhicule, "avec du papier", dit-il aux enquêteurs. La voiture s'embrase et le conducteur, endormi, ne peut en échapper. L'autopsie permettra d'établir qu'il ne porte aucune trace de coups et est mort asphyxié par les gaz toxiques.

C'est l'auteur de l'incendie qui appelle les pompiers. En état de choc, il est rapidement hospitalisé, et nie dans un premier temps avoir mis le feu au véhicule. En garde à vue, il finira par reconnaître les faits. Le parquet l'a mis en examen mardi 21 août pour homicide volontaire. Il a été écroué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Incendies de forêt

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.