Incendie dans le Var : l'enquête s'oriente vers la piste "accidentelle"

"Un tracteur réalisant un débroussaillage a pu heurter un objet métallique, cet incident occasionnant des étincelles et un départ de feu", a estimé le procureur de Draguignan, s'orientant vers la piste accidentelle.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un incendie a dévasté 600 hectares de forêt, dans le massif des Maures, à Vidauban, dans le Var, mardi 11 juin 2024. (ESCOFFIER FLORIAN / MAXPPP)

Alors que le feu est désormais "fixé" dans le Var, l'enquête se tourne vers la piste de l'accident. "Un tracteur réalisant un débroussaillage a pu heurter un objet métallique, cet incident occasionnant des étincelles et un départ de feu", a estimé mercredi 12 juin le procureur de Draguignan, Pierre Couttenier, citant la possibilité d'une origine "accidentelle".  "Des expertises plus poussées vont être lancées pour confirmer l'origine de ce sinistre" qui a brûlé 600 hectares de forêt dans le massif des Maures, a-t-il ajouté. 

Si le feu n'a fait aucune victime, 65 personnes habitant les hameaux à proximité de l'incendie avaient été évacuées durant la nuit avant de regagné leur logement mercredi matin.

Le dispositif mis en place par les pompiers a été réduit de moitié après la fixation du feu vers 16 heures et une "fin de journée calme", maintenant encore 300 sapeurs-pompiers et 80 véhicules sur place. Le feu est désormais contenu dans un périmètre, malgré de potentielles reprises de flammes par endroits. "Fixé ne veut pas dire maîtrisé", a rappelé la directrice de cabinet du préfet, Joséphine Guigliano-Boutonnet, lors d'un point de presse, précisant que le dispositif risque d'être encore là "pour quelques jours", jusqu'à ce que l'incendie soit complètement éteint.

Le feu est contenu, mais des risques de reprises existent

L'incendie, attisé par un vent violent, s'est déclenché mardi vers 15 heures sur la commune de Vidauban, dans l'arrière-pays de Saint-Tropez, une zone souvent frappée par des incendies l'été. "Toutes les conditions sont là pour que la saison estivale soit placée sous un risque de feu de forêt important", a averti Joséphine Guigliano-Boutonnet. "En tout cas, ça permet de dire que la saison est lancée, les risques sont là", a souligné dans la matinée Eric Grohin, le directeur départemental des pompiers du département. "Il faut être, tant au niveau de la population que des services d'incendie et de secours, très vigilant à partir de maintenant et je pense partout dans la région", 

Ailleurs en Méditerranée, un incendie a brûlé 500 hectares cette année et entraîné l'évacuation de près de 200 personnes dans l'est de l'Espagne mi-avril, attisé par des températures anormalement élevées pour la saison. En 2023, un demi million d'hectares avaient brûlé dans l'Union européenne, selon un rapport de la Commission européenne.

Le sud-est de la France est historiquement touché par d'importants incendies l'été. Les pompiers ont obtenu des résultats spectaculaires depuis 1990 en attaquant massivement les départs de feu, une stratégie qui pourrait connaître ses limites avec l'accélération du réchauffement climatique d'origine humaine. 

Depuis le XIXe siècle, la température moyenne de la Terre s'est réchauffée de 1,1°C. Les scientifiques ont établi avec certitude que cette hausse est due aux activités humaines, consommatrices d'énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz). Ce réchauffement, inédit par sa rapidité, menace l'avenir de nos sociétés et la biodiversité. Mais des solutions – énergies renouvelables, sobriété, diminution de la consommation de viande – existent. Découvrez nos réponses à vos questions sur la crise climatique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.