Rouen : une communication de crise ratée pour le gouvernement

Les députés ont décidé d'ouvrir une mission d’information sur ce qui est devenu l’affaire Lubrizol. La journaliste Anne Bourse nous explique la situation.

FRANCE 3

Le cas Lubrizol a été longtemps évoqué en Conseil des ministres mercredi 2 octobre. Le but : faire oublier la cacophonie du départ. "Lubrizol est l’exemple d’une communication de crise ratée. Le gouvernement s’est mis tout seul en difficulté, notamment parce que dans les deux jours qui ont suivi l’incendie, des messages contradictoires ont été donnés"¸ explique la journaliste Anne Bourse. Pas moins de cinq ministres se sont rendus sur place, en plus du Premier ministre Édouard Philippe. "L’un disant qu’il n’y avait pas de risque, l’autre que la ville était polluée… Pour finir par admettre : on ne sait pas tout".

La suspicion parmi les habitants

Ce manque de coordination évident a attiré la défiance des Français, surtout à l’heure des réseaux sociaux où les fausses nouvelles circulent rapidement. Aujourd’hui, des conseillers admettent en coulisses qu’il y a bien eu des ratés. Le gouvernent a beau multiplier les messages pour assurer que la transparence est là, la suspicion s’est installée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre Edouard Philippe sur le site de l\'usine Lubrizol, le 30 septembre 2019 à Rouen.
Le Premier ministre Edouard Philippe sur le site de l'usine Lubrizol, le 30 septembre 2019 à Rouen. (LOU BENOIST / AFP)