Incendie à Rouen : la défiance monte après des questions restées sans réponses

Le préfet de Seine-Maritime a rendu public, samedi 28 septembre, le résultat de nouvelles analyses de la qualité de l'air, après l'incendie, jeudi, de l'usine Lubrizol de Rouen. Les précisions du journaliste Jean-Baptiste Pattier, en duplex sur place.

FRANCE 3

Les réponses apportées samedi 28 septembre par le préfet de Seine-Maritime ont-elles permis de rassurer la population, après l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen ? "On ne peut pas dire que les citoyens rouennais soient tous rassurés. Certes, la vie normale reprend. Des familles se promènent sur les quais, mais il y a aussi toujours des personnes portant des masques ou des foulards au niveau du nez. Ils sont minoritaires, mais existent bien", explique le journaliste Jean-Baptiste Pattier, en duplex sur place.

Pourquoi la liste des produits chimiques ayant brûlé n'est-elle toujours pas rendue publique ?

"Il y a de nombreuses interrogations autour des déclarations du préfet. Comment a-t-il pu parler d''air normal' et de 'qualité de l'air habituelle', alors que tout le monde a encore en mémoire les odeurs nauséabondes causées par l'incendie ? Pourquoi la liste des composants chimiques et des noms des produits chimiques qui ont brûlé n'a-t-elle toujours pas été rendue publique ?", rapporte le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'usine Lubrizol ravagée par les flammes, le 26 septembre 2019.
L'usine Lubrizol ravagée par les flammes, le 26 septembre 2019. (JEAN-JACQUES GANON / AFP)