"On y pense tous les jours" : à Feyzin, où se trouvent trois usines Seveso, les habitants ont l'incendie de Rouen en tête

Alors que trois ministres se rendent à Rouen vendredi 11 octobre, franceinfo éclaire la question Seveso. À Feyzin, où une partie d'une usine avait explosé en 1966, l'incendie de Rouen ravive l'inquiétude. 

La raffinerie de Feyzin en 2014. 
La raffinerie de Feyzin en 2014.  (STEPHANE GUIOCHON / MAXPPP)

Deux semaines après l'incendie à l'usine chimique de Lubrizol à Rouen, les habitants de Feyzin près de Lyon, où trois sites Seveso sont installés, s'inquiètent un peu. "Ça me rappelle quand même qu'on n'est pas très loin de quelque chose qui peut exploser", raconte une riveraine. 

>>> Incendie de l'usine Lubrizol : trois ministres se rendent à Rouen pour créer un "comité pour la transparence"

En 1966, à Feyzin, l'explosion d'une sphère de stockage avait fait 18 morts, dont 11 pompiers. La commune dispose toujours de trois sites Seveso. "Les cuves ont été éloignées pour que ce soit bien protégé", explique un habitant qui dit se sentir en sécurité. "On sait quel est le risque, on y pense tous les jours", confie toutefois un autre riverain. 

Quelques gestes rappellent aux habitants qu'ils vivent près d'un site sensible. "Ils sont en train de faire le tour des maisons pour mettre des films sur les fenêtres", témoigne une habitante qui admet que les évènements à Rouen l'ont secouée. "On se dit que si jamais il y avait une explosion, on partirait le temps que ça se tasse", poursuit-elle.

Des exercices organisés chaque année 

Tous les ans, la commune organise un exercice qui implique une école, souligne Murielle Laurent, la maire de Feyzin. "On a le risque toxique, on a le risque de surpression et on a le risque thermique. On a dans nos habitudes la pratique d'exercices afin de pouvoir être prêts en cas d'incident réel", explique-t-elle. En cas d'alerteun serveur appelle 2 300 portables, soit le quart de la population.

À Feyzin, où se trouvent trois usines Seveso, les habitants ont l'incendie de Rouen en tête - Le reportage de Christophe Vincent
--'--
--'--