Lubrizol : les clients se méfient des produits locaux

Plus d'un mois après l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (Seine-Maritime), les maraîchers peuvent de nouveau vendre leurs produits, mais les clients restent frileux. Les exploitants doivent donc regagner leur confiance.

France 3

Depuis dix-huit jours, Baptiste Mégard peut de nouveau arracher ses poireaux. Des légumes bio qu'il vend à la ferme grâce à un distributeur automatique. Malgré la levée des restrictions imposées après l'incendie de Lubrizol, l'activité repart lentement. "On a eu trois semaines vraiment compliquées où on était presque à l'arrêt, autour de -80% d'activité. Là, on est en train de remonter progressivement à -40, -50%. Malgré tout, on est toujours en pertes", détaille-t-il. L'enjeu est désormais de reconquérir rapidement la clientèle pour reconstituer de la trésorerie.

Les produits importés en profitent

Les consommateurs semblent avoir perdu confiance dans leurs produits locaux. Lundi matin, les allées du marché de Buchy (Seine-Maritime) se remplissent, mais une cliente avoue revenir pour la première fois depuis l'incendie. Seuls les primeurs qui ont renoncé à s'approvisionner localement n'ont pas souffert de l'effet Lubrizol. Le temps pourrait paraître long aux maraîchers, avant que le "made in" Normandie fasse à nouveau vendre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux millions de tonnes de fruits et légumes gaspillés chaque annéeà cause de leur laideur.
Deux millions de tonnes de fruits et légumes gaspillés chaque annéeà cause de leur laideur. (MIGUEL MEDINA / AFP)