Incendie de Lubrizol : un an après, quelles conséquences sur la santé de la population ?

Un an après l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), plusieurs centaines de personnes ont manifesté pour interpeller les pouvoirs publics sur l’évolution de l’enquête. Que sait-on aujourd’hui des conséquences de cette catastrophe sur la santé de la population ? 

Anaïs Mantion se souvient encore très bien de l’incendie de Lubrizol, survenu il y a un an à Rouen (Seine-Maritime). Cette étudiante en Français voit la fumée obscurcir le ciel le 26 septembre 2019, depuis sa résidence universitaire. 10 000 tonnes de produits chimiques sont alors parties en fumée. Anaïs Mantion souffrait déjà d’un asthme sévère, mais depuis l’accident, sa santé s’est dégradée. "Ça m’arrive d’avoir des crises de toux, après au moins une fois par jour, j’ai des douleurs dans la poitrine. Parfois, j’ai du mal à respirer. Même la nuit, souvent, je dors à moitié assise parce que dormir complètement couchée, je ne peux plus", explique-t-elle. La jeune femme a porté plainte dans l’espoir d’être reconnue comme victime. 

Une enquête d’ampleur lancée par les autorités sanitaires 

Avant l’incendie de l'usine Lubrizol, Frédéric Lemaitre n’avait, lui, aucun problème de santé. Il pratiquait la course et l’apnée à très haut niveau, mais depuis un an, il a en permanence des irritations pulmonaires. "Je suis irrité comme quelqu’un qui est sensible au pollen ou un asthmatique", raconte le Rouennais. Quand il veut faire du sport, il n’a pas d’autre choix, dit-il, que de quitter la ville. Pour la préfecture de région, aucune toxicité n’a été officiellement démontrée, et pourtant les autorités sanitaires viennent de lancer une enquête d’ampleur auprès des habitants. 

Le JT
Les autres sujets du JT
De la fumée s\'échappe du site de l\'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), en proie à un violent incendie le 26 septembre 2019. 
De la fumée s'échappe du site de l'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), en proie à un violent incendie le 26 septembre 2019.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)