Incendie de l'usine Lubrizol : plusieurs députés de gauche réclament une enquête parlementaire

Des députés socialistes et insoumis ont critiqué la gestion du sinistre et ont pointé du doigt un manque de contrôle des sites classés Seveso. 

Une photo des fumées provoquées par l\'incendie de l\'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), le 26 septembre 2019. 
Une photo des fumées provoquées par l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), le 26 septembre 2019.  (MAXPPP)

Des députés de gauche ont réclamé, samedi 28 septembre, une commission d'enquête parlementaire sur l'incendie de l'usine chimique Lubrizol de Rouen, classée Seveso. Malgré les déclarations du préfet, qui a assuré que la situation était "normale" d'après les résultats des analyses de l'air, l'inquiétude persiste sur l'impact sanitaire et environnemental du sinistre.

"Il faut faire toute la vérité" sur les conséquences de l'incendie, a plaidé Olivier Faure, numéro un du PS, sur Twitter.

"Un décret déclarant l'état de catastrophe industrielle doit être rapidement publié pour permettre aux victimes de faire valoir leurs droits auprès des assurances", a aussi demandé l'élu de Seine-et-Marne, pour qui la gestion de l'accident "est inconséquente".

"Un incendie ne devrait pas provoquer cette catastrophe"

"Nous demandons une enquête parlementaire et une enquête administrative", a de son côté affirmé le député LFI Eric Coquerel sur BFMTV, "en colère".

Même son de cloche du côté du député UDE François-Michel Lambert. "Nous devons mettre en oeuvre une mission d'enquête, a affirmé sur BFMTV l'élu des Bouches-du-Rhône. Un incendie ne devrait pas provoquer cette catastrophe. Il va falloir passer à un nouveau niveau de Seveso".