Incendie de l'usine Lubrizol à Rouen : le préfet annonce la levée des restrictions sur la collecte du lait

D'après l'Anses, les analyses de lait "ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires".

Une vache et un veau, le 30 septembre 2019, à Saint-Martin-du-Vivier (Seinte-Maritime), à côté de Rouen. 
Une vache et un veau, le 30 septembre 2019, à Saint-Martin-du-Vivier (Seinte-Maritime), à côté de Rouen.  (LOU BENOIST / AFP)

Le préfet de Normandie a annoncé, lundi 14 octobre, la levée des mesures de restriction sur la collecte de lait, mises en place après l'incendie de l'usine chimique de Lubrizol à Rouen. Cette décision concerne aussi les produits laitiers et l'accès des animaux aux pâturages. "C'est une excellente nouvelle pour nos agriculteurs", a déclaré Pierre-André Durand au cours d'une conférence de presse.

L'arrêté préfectoral est en train d'être préparé. (...) Cela signifie que la reprise de la production peut s'opérer sans délai. Et surtout la reprise de la collecte.Le préfet Pierre-André Duranden conférence de presse

Cette annonce fait suite à une communication de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) affirmant que les analyses de lait "ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires". Ces analyses ont été réalisées sur 130 échantillons de lait prélevés sur une période d'entre 3 et 11 jours après l'incendie de l'usine Lubrizol.

L'Anses plaide pour une "surveillance renforcée"

Les résultats "présentent des valeurs inférieures à celles qui ont pu être mesurées lors de précédentes situations de contaminations atypiques liées à des accidents industriels ou des pollutions chroniques importantes", affirme l'Anses, soulignant toutefois que "des éléments d'incertitude demeurent quant au risque de contamination du lait par les retombées de l'incendie".

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail recommande "des travaux supplémentaires" pour "mieux repérer la dispersion des contaminants dans l'environnement" et d'identifier "d'éventuelles tâches de contamination". Elle estime qu'une éventuelle "levée des mesures de restrictions de la commercialisation du lait doit s'accompagner d'un dispositif de surveillance renforcé".