Incendie d'un hôpital à Berck : la garde à vue du suspect prolongée

L'affaire est peut-être sur le point d'être élucidée. Pendant des mois, l'institut Calot, à Berck (Pas-de-Calais), a reçu des lettres des menaces. Hier, vendredi 9 février, une vingtaine de départs de feu ont obligé à évacuer l'hôpital. Le principal suspect est un agent de sécurité.

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Depuis 24 heures, la psychose règne au sein de l'hôpital Calot, à Berck (Pas-de-Calais). Hier, vendredi 9 février, une série de 17 départs de feu a été allumée par un individu, qui selon les témoignages, connaissait parfaitement les lieux. Les personnels et les patients ont dû être évacués. Aujourd'hui de retour sur place, les salariés restent sous le choc.

Le suspect est-il le corbeau ?

Un jeune homme de 29 ans dont la garde à vue vient d'être prolongée est toujours entendu par la police. Cet individu est-il le même que celui, qui depuis plusieurs semaines, envoyait des messages de menaces au personnel ? Le directeur de l'établissement s'interroge. Dans cet hôpital, ces deux dernières années, une plainte pour agression sexuelle a été déposée par une infirmière et quatre accidents liés à l'attitude dictatoriale d'un chef de service ont été déclarés. Ces faits sont-ils liés aux actes criminels ? L'information judiciaire, qui sera ouverte demain, permettra peut-être d'y répondre.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'affaire est peut-être sur le point d\'être élucidée. Pendant des mois, l\'institut Calot, à Berck (Pas-de-Calais), a reçu des lettres des menaces. Hier, vendredi 9 février, une vingtaine de départs de feu ont obligé à évacuer l\'hôpital. Le principal suspect est un agent de sécurité.
L'affaire est peut-être sur le point d'être élucidée. Pendant des mois, l'institut Calot, à Berck (Pas-de-Calais), a reçu des lettres des menaces. Hier, vendredi 9 février, une vingtaine de départs de feu ont obligé à évacuer l'hôpital. Le principal suspect est un agent de sécurité. (France 3)