Enfants sauvés d'un incendie à Grenoble : "On a demandé aux enfants de se lancer, c'est eux qui ont eu le courage", raconte un des jeunes qui les a réceptionnés

Athoumani fait partie des six jeunes qui ont réceptionné les deux enfants. Pour cet étudiant en géographie de 25 ans, il n'y avait "pas de réflexion" à avoir.

Article rédigé par
avec France Bleu Isère - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'incendie à eu lieu au 54 de la Galerie de l'Arlequin, dans le quartier Villeneuve à Grenoble, mardi 21 juillet.  (STEPHANE BLEZY / MAXPPP)

Deux enfants ont échappé à un incendie mardi dans le quartier de la Villeneuve, à Grenoble, en sautant du troisième étage de leur immeuble, atterrissant dans les bras d'habitants du quartier. "C'étaient des enfants, il n'y avait pas d'autre choix que de les sauver", a expliqué mercredi 22 juillet à France Bleu Isère Athoumani, l'un des six jeunes qui ont réceptionné les deux enfants. Pour ce Comorien, étudiant en géographie de 25 ans, il n'y avait "pas de réflexion" à avoir.

Les six "sauveteurs" blessés

Mardi 21 juillet, Athoumani a vu depuis chez lui les flammes sortir d'un appartement voisin et s'est rendu aussitôt sur place. Les pompiers doivent arriver, mais les deux enfants, de 3 et 10 ans sont déjà entourés par le brasier. "On a demandé aux enfants de se lancer, c'est eux qui ont eu le courage", a raconté à France Bleu Isère Athoumani.

Le plus grand a lancé le petit, on a tendu les bras, on l'a réceptionné et on l'a mis à côté et on a demandé au plus grand de sauter.

Athoumani, l'un des jeunes qui ont réceptionné les deux enfants

à France Bleu Isère

Les six personnes qui ont réceptionné les enfants sont blessées, Athoumani a le poignet brisé. On lui a fait un plâtre à l'hôpital et il sera opéré dans les prochains jours. Il se dit fier de la "solidarité" du quartier. "Ça restera dans ma tête jusqu'à la fin de ma vie", s'est-il ému.

Les deux enfants miraculés sont toujours à l'hôpital en observation après avoir inhalé de la fumée. Selon France Bleu Isère, le père était absent au moment des faits, la mère était partie faire des courses et avait fermé la porte derrière elle. Ils seront prochainement entendus par la police.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.