Bas-Rhin : "C'est toute ma vie" : au haras de la Née, la douleur après l'incendie qui a tué 14 chevaux

Après l'incendie qui a ravagé le haras de la Née (Bas-Rhin) le 11 juillet dernier, la propriétaire se dit effondrée. Quatorze chevaux ont péri dans les flammes. 

Un violent incendie s\'était déclenché le 11 juillet dans un haras à Neewiller-près-Lautebourg (Bas-Rhin).
Un violent incendie s'était déclenché le 11 juillet dans un haras à Neewiller-près-Lautebourg (Bas-Rhin). (GOOGLE MAPS)

Le 11 juillet 2020, un incendie a ravagé le haras de la Née, situé à Neewiller-près-Lauterbourg dans le Bas-Rhin. 14 chevaux ont été tués, rapporte lundi 13 juillet France Bleu Alsace. La propriétaire du haras, Estelle Hoffarth, se dit dévastée, elle a grandi dans ce haras créé par ses parents, c'est "toute sa vie" qui est partie dans l'incendie.

Ces chevaux représentent 35 ans d'élevage. Les plus vieux avaient 24 ans, je les ai vu naîtreEstelle Hoffarth

Le jour du drame, tout s'est passé "en cinq minutes", raconte Estelle Hoffarth. "On a vraiment essayé de les sauver, mais la panique les a fait rentrer dans leur box. C'est le lieu où ils se sentaient en sécurité, sauf que c'est justement de là que venait le danger", poursuit-elle. 50 chevaux ont pu être sauvés. Une bénévole, qui en a sauvé six, a "eu le bras entièrement brûlé" par les flammes.

Une cagnotte Leetchi pour venir en aide au haras

Depuis l'incendie, Estelle Hoffarth a reçu beaucoup de soutien de la part de "cavaliers, de paysans et d'Allemands" qui lui amènent du foin pour nourrir ses chevaux. En parallèle, une cagnotte Leetchi a été lancée pour venir en aide au haras de la Née. Une enquête est en cours pour déterminer l'origine du départ de l'incendie.

Malgré le drame, le haras maintient le concours d'obstacles prévu le week-end du 17 juillet. "Économiquement, je n'ai pas le choix, avoue Estelle Hoffarth. Le coronavirus a vidé les caisses, si je ne l'organise pas je ne vais pas réussir à m'en sortir."