Cet article date de plus de six ans.

Incendie sur le site pétrochimique à Berre-l'Etang : une troisième cuve était visée

Le procureur en charge de l'enquête a révélé qu'un dispositif de mise à feu avait été retrouvé sur une troisième cuve, en plus des deux touchées par l'incendie. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'incendie sur le site pétrochimique LyondellBasell à Berre-l'Etang (Bouches-du-Rhône), le 14 juillet 2015. (FRANCE 2)

Une troisième cuve était visée, mardi 14 juillet, sur le site pétrochimique LyondellBasell de Berre-l'Etang (Bouches-du-Rhône). La procureure en charge de l'enquête a en effet révélé, mercredi 15 juillet, qu'un dispositif de mise à feu avait été retrouvé sur une troisième cuve, en plus des deux touchées par l'incendie.

Le système de mise à feu a été découvert dans la matinée de mercredi sur le couvercle de cette troisième cuve, a indiqué la procureure de la République d'Aix-en-Provence, Dominique Moyal, citée par La Provence. Plusieurs débris de composants électriques retrouvés dans le complexe pétrochimique sont en cours d'analyse par les enquêteurs. La magistrate a également assuré qu'aucune revendication n'a été faite et que "comme d'autres pistes, celle de l'acte terroriste est étudiée".

"Un acte criminel", selon Bernard Cazeneuve


Lors des questions au gouvernement, mercredi, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a confirmé que l'explosion intervenue dans le complexe du groupe LyondellBasell, près de Berre-L'Etang (Bouches-du-Rhône), n'était pas accidentelle.
 
"Il y a une enquête en cours, mais les premiers éléments qui sont communiqués montrent qu'il s'agit effectivement d'un acte criminel dont la motivation n'est pas établie." Le fait que deux explosions aient eu lieu dans deux cuves distantes de 500m orientaient déjà les enquêteurs vers un acte malveillant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Incendie à Berre l'Etang

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.